Première pose d’endoprothèse aortique en ambulatoire


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le traitement curatif des anévrismes de l’aorte abdominale (AAA) consiste à implanter une prothèse soit par voie chirurgicale conventionnelle, nécessitant alors une hospitalisation d’environ une semaine, soit par voie endovasculaire (introduction par les artères fémorales), nécessitant en moyenne 2 à 4 jours d’hospitalisation.

Pour la première fois, en décembre 2018, une pose d’endoprothèse aortique en ambulatoire a été réalisée, par l’équipe du Pr Raphaël Coscas, du service de chirurgie vasculaire de l’hôpital Ambroise-Paré (dirigé par le Pr Marc Coggia), en collaboration avec l’équipe d’anesthésie du Pr Dominique Fletcher.

Deux études préliminaires ont précédé cette première. Un premier travail a repéré les patients potentiellement éligibles à cette méthode en examinant les dossiers médicaux de tous ceux pris en charge pendant les trois dernières années dans le service de chirurgie vasculaire pour AAA. Les critères, auxquels ont répondu 40% des patients, étaient : bon état général de santé, bilan pré-opératoire normal, forme simple d’anévrysme, présence d’un acccompagnement, proximité géographique de la résidence.

Un second travail a porté sur une dizaine de ces patients éligibles à un traitement endovasculaire en ambulatoire. Réalisé en 2017 et 2018, il a consisté à réaliser une pose d’endoprothèse aortique sous sédation, sans sonde urinaire, avec un lever post-opératoire précoce (4 à 6 heures après l’intervention) et une reprise de la marche sous surveillance. Gardés en hospitalisation complète, il s’est avéré qu’ils étaient en fait tous éligibles à un retour à domicile le soir même.

La consultation post-opératoire du patient opéré en ambulatoire a confirmé qu’il se porte bien un mois après son intervention, avec un bon résultat opératoire. Ce succès participe de la politique générale de l’AP-HP de développer la chirurgie ambulatoire.