Première mondiale : un pansement efficace contre les plaies diabétiques


  • JIM Vu par vos patients
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau pansement pourrait bien révolutionner le traitement des plaies du pied diabétique qui, comme on le sait, se développent silencieusement, sans douleur, et aboutissent dans 5 à 10 % des cas à l'amputation. En France, on compte 8 000 amputations par an dues à ce problème.

Le dispositif dont il est question se présente sous la forme d'un feuillet translucide et souple, issu de la technologie dite lipido colloïde (TLC). Stérile, à usage unique, il permet un retrait atraumatique et indolore, ne lésant aucune zone en cours de cicatrisation. Il est imprégné d'un composé appelé nano oligosaccharide Factor (NOSF) qui, au contact de la plaie, en modifie le micro environnement. L'une de ses propriétés majeures est d'inhiber les métalloprotéases matricielles, des substances qui compliquent et retardent le phénomène de cicatrisation. Autrement dit, il s'agit d'un pansement actif permettant de stimuler la microvascularisation locale.

Une étude publiée dans the Lancet Diabetes & Endocrinology fait état de sa grande efficacité. Baptisé Explorer, ce vaste essai européen, en double aveugle, a été mené auprès de 240 patients porteurs de plaies d'origine diabétique au niveau du pied, dans 43 hôpitaux de 5 pays européens (Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume Uni). Le temps de cicatrisation a été réduit de moitié dans le groupe bénéficiant de ce dispositif, passant ainsi de 180 à 60 jours, soit un gain de deux mois dans le processus de cicatrisation. Cette avancée permettrait d'améliorer significativement la qualité de vie des patients et de faire de substantielles économies de soin. Le pansement, qui se renouvelle tous les 2 à 4 jours en moyenne, est affiché actuellement à un prix de 6 euros et fait déjà l'objet de discussion concernant un éventuel remboursement par la sécurité sociale.