Premier bilan de la campagne britannique de vaccination des nourrissons par Bexsero

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Le premier vaccin anti-méningococcique recombinant concernant de multiples souches pathogènes du sérogroupe B (4CMenB ou Bexsero®) a obtenu une AMM en Europe en 2013. En 2015, le Royaume-Uni a mis en place un programme national et gratuit inédit de vaccination des nourrissons contre le méningocoque B. Dans les autres pays, le coût élevé du vaccin et la faible incidence de la maladie a conduit à écarter l'option d'un remboursement large pour le réserver à des sujets à risque élevé d'infection invasive méningococcique B ou en cas d'hyperendémie.

Depuis, tous les enfants britanniques nés après mai 2015 ont reçu trois doses de vaccins à 2, 4 et 12 mois de vie, avec un rattrapage pour les nourrissons de 3 et 4 mois. Les pouvoirs publics qui ont souhaité dresser un bilan à un an de ce programme, viennent de publier leurs données dans The Lancet.

Méthodologie

  • Le programme de vaccination prévoyait que les médecins généralistes puissent inviter les parents à faire vacciner leurs enfants à l'âge de 4, 12 et 16 semaines. L'efficacité après une dose de vaccination était estimée à partir du 77ème jour, et celle de la seconde dose à partir du 133ème jour de vie.

  • Les données relatives à la vaccination étaient collectées à partir d'un système informatisé national (ImmForm).

  • L'efficacité du vaccin a été évaluée pour les enfants éligibles à la vaccination par confirmation bactériologique d'une infection invasive à méningocoque B entre septembre 2015 et juin 2016. Elle était estimée à partir du rapport des taux d'incidence de la maladie chez les enfants vaccinées et parmi la population contrôle non vaccinée. Cette analyse était réalisée pour la population ayant reçu une dose ou deux doses, ainsi que pour la population ayant bénéficié d'un rattrapage (3 et 2 doses respectivement pour les nourrissons âgés de 3 et 4 mois).

Résultats

  • La couverture vaccinale des enfants britanniques éligibles à la vaccination était élevée : à l'âge de 6 mois, 95,5% d'entre eux avaient reçu une dose de vaccin et 88,6% d'entre eux en avaient reçu deux.

  • Chez les enfants ayant bénéficié d'un rattrapage vaccinal, le taux de sujets ayant reçu une et deux doses était de 88,8% et 75,2% respectivement.

  • Au total, entre septembre 2015 et juin 2016, 55 cas d'infections à méningocoque B ont été rapportés, dont 67% (n=37) de cas à méningocoque B : 15 souffraient d'une méningite, 13 d'une septicémie, 7 souffraient des deux affections et 2 présentaient une autre forme clinique.

  • Après avoir rapporté ces cas à la vaccination ou non, l'efficacité de deux doses de vaccin était de 82,9% [IC95% : 24,1-95,2] et celle relative à une dose de vaccin était de 64,0% [IC95% : 8,9-84,0].

  • La cohorte éligible au vaccin a bénéficié d'une réduction de 42 % du risque d'infection par méningocoque B par rapport à une population non vaccinée (rapport des taux d'incidence : 0,58 [IC95% : 0,40-0,85], p=0,005).

Limitations

Seuls 70% des cas d'infection à méningocoque B ont été confirmés par PCR.

À retenir

Les dix premiers mois du programme ont permis de réduire de moitié le nombre d'infections invasives à méningocoque B parmi la population éligible au vaccin, indépendamment du statut vaccinal des enfants ou du fait que la souche infectieuse soit ou non ciblée par le vaccin. Les chiffres en vraie vie confirme le bénéfice médico-économique du schéma de vaccination à deux doses.