Prédisposition au cancer du sein : un autotest autorisé aux États-Unis

  • Aurélie Haroche

  • JIM Actualités métier
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Atlanta, le mardi 13 mars 2018 - Revirement de position : la Food and Drug Administration (FDA) qui s'est souvent montrée très sévère vis-à-vis des activités de la célèbre société 23andMe vient d'autoriser la commercialisation d'un autotest de dépistage de prédisposition au cancer du sein développé par la firme. Différents indices laissaient augurer de cette décision positive et notamment le feu vert donné l'année dernière à la FDA à 23andMe pour un test de dépistage concernant une dizaine de pathologies (la maladie cœliaque, le déficit en alpha-1 antitrypsine, la dystonie musculaire, la déficience en facteur XI, la maladie de Gaucher de type 1, le déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase, l'hémochromatose héréditaire et la thrombophilie héréditaire notamment).

Suspension pour manque de fiabilité et de données scientifiques

United Health Group
Il s'agit d'un test extrêmement simple (…). Ces trois altérations possibles sont très significatives si elles sont identifiées. Mais ce test est très limité donc s'il est négatif il n'élimine pas un facteur génétique de risque, et loin de làSeulement une petite proportion d'Américains portent ces trois mutations ; la plupart des mutations qui augmentent le risque individuel de cancer du sein, de l'ovaire, ou de la prostate, ne sont pas détectées par ce test. Il ne doit pas remplacer une consultation médicale de dépistage ou de conseil génétique, ni faire oublier les facteurs comportementaux qui peuvent augmenter ou diminuer le risque de cancer