Prédiction du risque de MCVAS : la mesure directe de la LPA et un score de risque génétique ont une utilité similaire

  • Trinder M & al.
  • JAMA Cardiol
  • 6 oct. 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • En ce qui concerne le risque de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse (MCVAS), l’ajout d’une mesure directe de la lipoprotéine (a) (LPA) ou d’un score de risque génétique de la LPA apporte une faible discrimination du risque.
  • L’ajout de ces deux éléments ne permet pas d’obtenir d’informations pronostiques supplémentaires pour prédire la MCVAS incidente.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’héritabilité de la LPA a conduit à des spéculations selon lesquelles l’établissement d’un score de risque génétique pourrait venir s’ajouter à la valeur pronostique d’une mesure directe de la LPA.
  • Cette étude a utilisé un score évaluant 43 variants du gène LPA.

Principaux résultats

  • 300 839 patients ont été inclus ; âge moyen : 56,6 ans (écart-type : 8,0).
  • L’une ou l’autre mesure de la LPA a été associée au risque de MCVAS incidente (rapports de risque [RR] et IC à 95 % pour chaque hausse de la concentration de 120 nmol/l) :
    • Mesure directe de la LPA : 1,26 (1,23–1,28).
    • Score de risque génétique de la LPA : 1,29 (1,26–1,33).
  • Les analyses par origine ethnique ont montré des associations de risque similaires pour la mesure directe de la LPA, sauf pour les personnes d’origine ethnique noire/d’ascendance africaine ou d’origine ethnique inconnue.
  • Les analyses dans cette étude se sont largement appuyées sur des données de personnes d’origine ethnique blanche/d’ascendance européenne.
  • Dans cette population, le risque de MCVAS spécifiques a été accru dans son ensemble avec des augmentations constatées pour l’une ou l’autre mesure de la LPA.
  • L’ajout de l’une ou l’autre mesure à l’algorithme QRISK3 a conféré une valeur discriminatoire faible qui était similaire (aires sous la courbe [IC à 95 %]) :
    • Sans aucune des deux mesures : 0,640 (0,633–0,647).
    • Avec l’ajout de la mesure directe de la LPA : 0,642 (0,634–0,649).
    • Avec l’ajout de scores de risque génétique de la LPA : 0,642 (0,634–0,649).

Méthodologie

  • Données prospectives observationnelles de la Biobanque du Royaume-Uni (UK Biobank).
  • Financement : Amgen Inc.

Limites

  • Le caractère généralisable des résultats est limité en dehors des personnes d’origine ethnique blanche/d’ascendance européenne.