Pré-diabète : dépister et traiter individuellement ou prévenir à grande échelle ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

La prévention du diabète de type 2 est devenue une priorité sanitaire à peu près partout dans le monde. Deux approches coexistent. L'une favorise le dépistage, le traitement et une prise en charge individuelle des personnes considérées comme à « haut risque » ou en pré-diabète. L'autre se situe à l'échelle de la population entière et vise à sensibiliser chaque individu via des politiques de santé publique agissant sur les facteurs environnementaux (influences socio-culturelles, socio-économiques, transports, espaces verts, etc.). La Finlande a choisi de s'appuyer sur les deux stratégies, tandis que le Royaume Uni, l'Australie et les Etats-Unis plaident pour « dépister et traiter ».

Une équipe du Royaume Uni a entrepris d'évaluer cette façon d'aborder le problème en vérifiant, dans un premier temps, la validité des tests utilisés pour le dépistage (glycémie à jeun et HbA1c) et, dans un second temps, l'efficacité des interventions proposées (changements des habitudes de vie et metformine) pour prévenir la survenue d'un diabète de type 2 chez des patients pré-diabétiques.

Pas de consensus sur le mode de dépistage ni sur la définition !

Les auteurs ont réalisé une méta-analyse de 49 études sur les tests de dépistage et 50 études relatives aux interventions proposées. Notons d'entrée qu'il n'existe pas de consensus international sur la meilleure définition ni méthode de dépistage du pré-diabète, sachant par exemple que l'American Diabete Association le définit comme une glycémie à jeun entre 5,6-6,9 mmol/l et une HbA1c entre 5,7 % et 6,4 %, tandis que l'OMS fixe le seuil de glycémie à 6,0-6,9 mmol/l et celui de l'HbA1c à 6,0-6,4 %.

Cette analyse met en lumière 4 points essentiels. Le premier est que les tests utilisés pour le dépistage du pré-diabète sont peu fiables : la glycémie à jeun est certes relativement spécifique (94 %), mais a une sensibilité faible (25 %), alors que l'HbA1c n'est ni sensible (49 %) ni très spécifique (79 %). La fai...