PR : Évaluation d’un inhibiteur JAK chez les patients insuffisamment soulagés par méthotrexate

  • Smolen JS & al.
  • Lancet
  • 8 juin 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

L’étude SELECT-MONOTHERAPY a montré que les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde (PR) ayant une réponse insuffisante sous méthotrexate (MTX) pourraient avoir un intérêt à switcher vers une monothérapie d’upadacitinib 15 ou 30 mg une fois par jour. Le passage à cet inhibiteur de l’enzyme Janus Kinase (i-JAK) a montré une amélioration clinique des symptômes, de la fonctionnalité et de la qualité de vie en comparaison des patients qui restaient sous MTX, avec un profil de sécurité cohérent par rapport aux précédentes études.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

La combinaison de traitements de fond (DMARD pour Disease Modifying Anti-Rheumatic Drug) biologiques, synthétiques et conventionnels) est fortement recommandée pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde. Cette étude est la première qui compare la prise d’un inhibiteur JAK avec le MTX chez des patients insuffisamment répondeurs au MTX.

Méthodologie

L’étude SELECT-MONOTHERAPY est un essai de phase 3, international, randomisé versus placebo. Les patients inclus devaient être âgés de 18 ans et plus, répondre aux critères de l’ACR-EULAR pour la PR. Les sujets ayant une maladie active malgré un traitement par MTX stable étaient randomisés (2:2:1:1) entre un groupe upadacitinib 15 mg ou 30 mg (une prise par jour) ou la poursuite de leur traitement par MTX. Puis, tous les patients qui avaient terminé les 14 premières semaines recevaient en aveugle de l’upadacitinib durant 5 ans pour une évaluation à long terme de l’efficacité et de la tolérance du traitement.

Principaux résultats

Au global, 648 sujets ont pu être randomisés, et 598 ont terminé les 14 semaines d’étude. L’âge moyen était de 54,3 ans, et la durée moyenne de la maladie de 6,6 ans. Parmi les patients inclus, 79% avaient des anticorps anti-peptides cycliques citrullinés et étaient positifs au facteur rhumatoïde. La dose moyenne de MTX était de 16,7 mg/semaine à l’inclusion. À la 14semaine, 41%, 68% et 71% des patients respectivement traités par méthotrexate en continu, upadacitinib 15 mg et upadacitinib 30 mg ont atteint une réponse ACR20 (pversus le MTX).

Un DAS28(CRP) ≤3,2 a été atteint par 19%, 45% et 53% des sujets respectivement sous MTX en continu, upadacitinib 15 mg et 30 mg (pvs le MTX).

L’amélioration de la fonctionnalité et de la qualité de vie par rapport à l’inclusion était supérieure à la 14semaine pour les patients recevant de l’upadacitinib 15 mg ou 30 mg par rapport au MTX. La tolérance de l’upadacitinib s’est révélée être cohérente avec les données de précédentes études : 47% de sujets sous upadacitinib 15 mg et 49% sous 30 mg ayant rapporté des événements indésirables, versus 47% pour ceux qui avaient continué leur traitement par MTX. Un cas d’herpès a été notifié avec le MTX (

Principales limitations

La période durant laquelle le MTX était maintenu était relativement courte (14 semaines), et la méthodologie de l’essai n’a pas inclus de suivi radiographique.