Pourquoi la grippe porcine provoque-t-elle la narcolepsie ?


  • APA
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Après la vaccination contre la grippe porcine avec le Pandemrix, un nombre élevé de cas de narcolepsie ont été constatés chez les enfants et les adolescents dans toute l’Europe. Comme cette maladie ne survient normalement pas à un âge aussi précoce, les médecins ont essayé d’en identifier la cause, qu’ils viennent peut-être de découvrir, selon une étude publiée dans la revue « Science Translational Medicine ». Le coupable semble être une protéine virale contenue dans le vaccin.

Les médecins ont commencé à soupçonner qu’une partie du virus lui-même pourrait être à l’origine de la narcolepsie quand une augmentation de cas de narcolepsie a été signalée lors d’une épidémie de grippe porcine en Chine. Cette hausse n’était toutefois pas due à la vaccination mais à la grippe porcine elle-même.

À l’Université de Stanford, en Californie, une équipe de chercheurs sous la direction de Lawrence Steinman a comparé le vaccin Pandemrix avec un médicament différent et a constaté que Pandemrix contenait une plus grande quantité d’une protéine virale ayant une structure similaire à celle des récepteurs de l’hypocrétine dans le cerveau, qui régule le niveau de conscience.

Ils ont ensuite analysé des échantillons de sang de 20 sujets finlandais qui avaient présenté une narcolepsie après avoir reçu le vaccin Pandemrix et ont découvert un anticorps qui se fixe non seulement au virus H1N1 de la grippe porcine, mais également au récepteur de l’hypocrétine. Lorsque certains critères génétiques sont satisfaits, ces anticorps sont activés par la protéine virale et attaquent les récepteurs de l’hypocrétine.

Par conséquent, le risque de narcolepsie augmente davantage en contractant la maladie qu’en recevant le vaccin Pandemrix. Cet effet secondaire a été constaté chez moins d’une personne parmi 10 000 personnes vaccinées, selon le fabricant. Les auteurs soulignent que cela n’est pas une raison suffisante pour interrompre l’administration du vaccin Pandemrix.