Pourquoi des résultats hétérogènes selon l’origine ethnique en chirurgie d’urgence ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

La chirurgie générale en urgence (CGU) a été étudiée tardivement par ce qu'elle regroupe des malades disparates et que le recueil des données y est plus difficile qu'ailleurs. Et, dans le contexte particulier de la chirurgie traumatique, on a observé des résultats moins bons chez les Noirs que chez les Blancs en termes de mortalité et de séquelles, mais il semble que ceci soit dû à la qualité des hôpitaux qu'ils fréquentent.

Afin d'approfondir cette question, des auteurs américains ont étudié 3 types d'interventions : résection de grêle, colectomie, et suture de perforations d'ulcère gastroduodénal, réalisées dans les 24 h après l'admission en urgence. Ils ont tenu comte du pourcentage de Noirs traités en urgence dans chaque hôpital, pour classer les patients par quartiles selon leur hôpital et comparer leur mortalité (du quartile le plus haut au quartile le moins élevé). On a ainsi pu classer les hôpitaux selon leur taux moyen de mortalité et voir, si à l'intérieur de chacun d'eux, il y avait une disparité selon l'ethnie.
Les 3 interventions explorées ont été réalisées, entre 2000 et 2008, chez 93 954 malades, dans les 24 h suivant l'admission. Les Noirs représentaient 14 % de la population. A noter que le pourcentage d'hommes était plus élevé che...