Pour la première fois dans le cadre du lymphome à cellules du manteau, la FDA autorise une nouvelle thérapie par lymphocytes CAR-T

  • FDA
  • 24 juil. 2020

  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA) a accordé aujourd’hui une autorisation accélérée au brexucabtagène autoleucel (Tecartus, Kite Pharma), la première thérapie par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique (Chimeric Antigen Receptor T Cells, CAR-T) à être autorisée dans le cadre du traitement des patients adultes atteints d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) en rechute ou réfractaire.

Ce nouvel agent est le deuxième médicament à base de lymphocytes CAR-T développé par Kite Pharma à être autorisé. Il fait suite à l’autorisation en 2017 de l’axicabtagène ciloleucel (Yescarta) dans le cadre du traitement du lymphome diffus à grandes cellules B.

« Malgré des avancées prometteuses, d’importantes lacunes subsistent au niveau du traitement des patients atteints d’un LCM qui présentent une progression après le traitement initial », a déclaré l’investigateur Michael Wang, docteur en médecine au Centre de cancérologie MD Anderson de l’Université du Texas (The University of Texas MD Anderson Cancer Center), à Houston, dans un communiqué du laboratoire. « De nombreux patients présentent une maladie à haut risque et sont plus susceptibles de continuer à progresser, même après les traitements ultérieurs. »

Dans le même communiqué de presse, Meghan Gutierrez, directrice générale de la Fondation pour la recherche sur le lymphome (Lymphoma Research Foundation), a déclaré : « Il s’agit de la première thérapie par lymphocytes CAR-T à être autorisée pour les patients atteints d’un lymphome à cellules du manteau, ce qui montre que nous avons franchi une nouvelle étape dans le cadre du traitement de cette maladie. » 

L’autorisation d’un traitement par perfusion unique s’appuie sur les données d’efficacité et de sécurité d’emploi de l’essai pivot à bras unique ZUMA-2 en cours, qui inclut 74 patients adultes. Tous les patients ont préalablement reçu une chimiothérapie à base d’anthracyclines ou de bendamustine, un traitement par anticorps anti-CD20 et un inhibiteur de la tyrosine kinase de Bruton (ibrutinib ou acalabrutinib).

Lors de l’essai, le taux de réponse objective (critère d’évaluation principal) était de 87 % chez les 60 patients évaluables dans le cadre de l’analyse de l’efficacité ; 62 % présentaient une réponse complète. 

Sur l’ensemble des patients, la durée de suivi était d’au moins six mois après la première réponse objective de la maladie. La durée de réponse médiane n’a pas encore été atteinte.

En ce qui concerne les événements indésirables, 18 % des 82 patients évaluables dans le cadre de l’analyse de la sécurité d’emploi ont présenté un syndrome de libération des cytokines de grade supérieur à 3, et 37 % ont présenté des événements neurologiques, d’après le communiqué du laboratoire. Les réactions indésirables de grade supérieur ou égal à 3 les plus fréquentes (survenues chez au moins 10 % des patients) étaient l’anémie, la neutropénie, la thrombopénie, l’hypotension, l’hypophosphatémie, l’encéphalopathie, la leucopénie, l’hypoxie, la pyrexie, l’hyponatrémie, l’hypertension, l’infection (pathogène non précisé), la pneumonie, l’hypocalcémie et la lymphopénie.

Le brexucabtagène autoleucel sera fabriqué dans l’usine californienne de Kite Pharma. Lors de l’essai pivot, le taux de réussite de fabrication était de 96 % et le délai médian de fabrication était de 15 jours, de la leucaphérèse à l’administration du produit.  

L’article a initialement été publié sur Medscape.com.