Polyarthrite rhumatoïde : meilleur taux de rétention du tocilizumab versus anti-TNF en seconde ligne

  • Lauper K & al.
  • Ann Rheum Dis
  • 5 mai 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon les données du registre TOCERRA (Tocilizumab Collaboration of European Registries un RA), la durée de rétention d’une monothérapie par tocilizumab (TCZm), qui reflète à la fois l'efficacité et la tolérance d'un médicament, est de 2,31 ans en moyenne, contre 1,31 an de maintien d’une monothérapie par anti-TNF (aTNFm). Il en était de même lorsqu’un traitement de fonds conventionnel (DMARDcs) leur était associé (1,98 vs 1,37 an). Parallèlement, la réponse DAS28 était significativement meilleure dans les groupes TCZ tandis que l’évolution du score CDAI était identique dans tous les groupes de traitement.
  • Ces résultats décrivent que le TCZ est une option thérapeutique envisageable chez les sujets n’ayant pas une réponse suffisante à une première biothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

Les différentes études comparant le tocilizumab aux anti-TNF ne conduisent pas toujours aux mêmes conclusions. L’analyse du registre TOCERRA formé dans 10 pays européens permet d’obtenir une photographie fidèle de l’usage de l’anti-IL6 en pratique quotidienne.

Principaux résultats

  • Au total, 8.308 patients ont été inclus dans l’analyse, dont 771 sous TCZ en monothérapie (TCZm), 1.773 sous TCZ en association (TCZc), 1.404 sous anti-TNFi en monothérapie (aTNFm) et 4.660 sous anti-TNF en association (aTNFc).
  • Les patients recevant du tocilizumab étaient plus âgés (55,6 vs 54,4 ans) et présentaient une plus longue ancienneté de la maladie (9,6 vs 8,3 ans). Au total, 27% d'entre eux avaient préalablement reçu trois biothérapies ou plus, contre 19,6% de ceux sous anti-TNF.
  • Le taux de rétention médian était de 2,31 ans sous TCZm [2,07-2,61], 1,98 an sous TCZc [1,83-2,11], 1,37 an sous aTNFc [1,30-1,45] et 1,31 an sous aTNFm [1,18-1,47].
  • La cause des arrêts du TCZm était plus souvent l’inefficacité par rapport à ceux notifiés sous aTNFc (24,0% vs 13,9%), mais la fréquence des arrêts pour effets indésirables était similaire dans ces deux groupes (13,0% vs 13,6%).
  • Le score CDAI diminuait significativement au cours du temps dans les quatre groupes, sans différence significative. À l’inverse, le taux de rémission mesuré selon le DAS28 était plus élevé chez les patients TCZ par rapport aux patients sous aTNF.

Méthodologie

L’analyse a été conduite à partir des sujets européens ayant été inscrits entre janvier 2009 et janvier 2017 au registre pan-européen TOCERRA (conduit dans 10 pays) et ayant présenté au moins un échec à une précédente biothérapie.

Limitations

L’existence de facteurs potentiels de confusion ayant pu échapper à l’analyse est possible. Par ailleurs, les comorbidités n’étaient pas notifiées dans les registres, et certains d’entre eux n’apportaient pas de données précises concernant les raisons de l’arrêt des traitements.

Financement

Le registre a été financé par Roche.