Polyarthrite rhumatoïde : association du bimékizumab et du certolizumab pégol


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La double neutralisation de l’interleukine (IL)-17A et de l’IL-17F par le bimékizumab, un anticorps monoclonal de type IgG1, et par le certolizumab pégol (CZP) est efficace et sûre chez les patients atteints d’une polyarthrite rhumatoïde (PR) présentant une réponse inadéquate (RI) au CZP seul, selon les résultats publiés dans la revue Annals of the Rheumatic Diseases.

L’étude de validation de concept en double aveugle de phase IIa a recruté des patients atteints d’une PR modérée à sévère. Les participants ont reçu du CZP à raison de 400 mg aux semaines 0, 2 et 4, et du CZP à raison de 200 mg à la semaine 6.

Les patients présentant une RI à la semaine 8 (score d’activité de la maladie sur 28 articulations avec mesure de la protéine C réactive [Disease Activity Score 28-joint C-reactive protein, DAS28(CRP)] supérieur à 3,2) ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport 2:1 pour recevoir du CZP à raison de 200 mg toutes les 2 semaines (T2S) associé à une dose de charge de bimékizumab de 240 mg, puis à raison de 120 mg T2S (n = 52), ou du CZP associé à un placebo (n = 27).

Les variables primaires d’efficacité et de sécurité d’emploi étaient les changements au score DAS28(CRP) entre les semaines 8 et 20, et l’incidence des événements indésirables liés au traitement (EIT).

À la semaine 20, une réduction plus importante du score DAS28(CRP) a été constatée avec le double traitement (99,4 % de probabilité postérieure).

Les EIT les plus fréquents étaient les infections et les infestations (CZP associé au bimékizumab : 50,0 % ; CZP associé au placebo : 22,2 %).

Les auteurs affirment que les résultats « soutiennent le potentiel qu’offre l’étude plus approfondie de la neutralisation concomitante de plusieurs voies dans d’autres populations de patients pour lesquelles cette stratégie de traitement pourrait apporter des bénéfices supplémentaires ».