Pneumonie communautaire modérée : quels facteurs prédictifs d’échec thérapeutique ?

  • Dinh A & al.
  • JAMA Netw Open

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Selon les données d’une étude multicentrique française, seuls l’âge et le sexe masculin semblent constituer des facteurs prédictifs d’échec dans la prise en charge de la pneumonie communautaire modérée. Une vigilance accrue doit être apportée dans le suivi de cette partie de la population.

 

Une étude multicentrique française parue au printemps avait montré que chez les patients âgés hospitalisés pour une pneumonie communautaire et stabilisés par 3 jours d’antibiothérapie par bêta-lactamines, l’arrêt de l’antibiothérapie n’était pas inférieur à sa poursuite 5 jours supplémentaires en termes de taux de guérison à 15 jours. Cependant, le taux d’échec était de 26,8% dans les deux groupes. Aussi, les auteurs ont voulu évaluer s’il était possible d’identifier ceux qui étaient à risque.

Méthodologie

Pour mémoire, cet essai de non-infériorité réalisé en double aveugle au sein de 16 centres hospitaliers français avait inclus des patients adultes hospitalisés pour une pneumonie communautaire ne nécessitant pas d’admission en soins intensifs, sans insuffisance respiratoire importante et sans choc septique. Ceux qui étaient stabilisés après 3 jours sous monothérapie par bêta-lactamines étaient randomisés pour recevoir un antibiotique (ATB) durant 5 jours supplémentaires (amoxicilline 1g / acide clavulanique 125 mg, 3 fois/jour), ou un placebo.

Le critère principal d’évaluation avait été l’échec de la prise en charge à 15 jours (>37,9°C, pas d’amélioration ou de guérison des symptômes respiratoires, nécessité d’une antibiothérapie quelle qu’en soit l’étiologie).

Principaux résultats 

L’analyse secondaire a porté sur 291 patients (59,8% d’hommes, âge moyen 69,6 ans). Plusieurs paramètres sont apparus comme significatifs dans les analyses univariées : le sexe masculin, l'âge, le score de sévérité de la pneumonie (PSI), l’existence d’une maladie respiratoire chronique et la valeur de clairance de la créatinine. Cependant, en analyse multivariée, seuls le sexe masculin (OR, 1,92 [1,08-3,49]) et l'âge (OR, 1,02 [1,00-1,05]) sont apparus associés à l'échec.