Pneumocoque : modification des préconisations vaccinales des adultes


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Depuis la publication en 2013 de ses recommandations vaccinales contre les infections à pneumocoque de l'adulte, plusieurs études ont sensiblement fait évoluer les données scientifiques, en particulier l'étude Capita portant sur l'efficacité du vaccin conjugué VPC13 chez des personnes de plus de 65 ans et non immunodéprimées. En conséquence, le HCSP s'est autosaisi pour réviser ses recommandations. Afin d'obtenir une diminution de la fréquence des pneumonies et des infections invasives à pneumocoque, il a procédé à une analyse de la littérature et réalisé une modélisation médico-économique évaluant plusieurs scénarios de vaccination.

Actuellement, deux vaccins sont disponibles : le vaccin polyosidique non conjugué VPP23 contient les antigènes de 23 sérotypes de pneumocoque, avec une efficacité qui ne semble pas dépasser 5 ans ; le vaccin VPC13 comporte les antigènes de 13 sérotypes seulement, mais son efficacité est plus durable et plus intense. L'utilisation conjointe des deux vaccins, telle qu'elle est recommandée pour les immunodéprimés, permet de cumuler le bénéfice des deux vaccins.

Le HCSP préconise d'étendre les recommandations vaccinales de 2013 pour les adultes immunodéprimés aux adultes de tous âges non immunodéprimés, mais à risque élevé d'infection invasive et de pneumonie. Ce sont les patients ayant :

·      une insuffisance respiratoire chronique (BPCO, emphysème),

·      une insuffisance cardiaque chronique ou une cardiopathie cyanogène,

·      un asthme sévère sous traitement continu,

·      une insuffisance rénale,

·      une hépatopathie chronique, d'origine alcoolique ou non,

·      un diabète non équilibré par le simple régime,

·      ou une brèche ostéo-méningée ou un implant cochléaire (ou les candidats à cette implantation).

Les dispositions, communes à ces patients et aux immunodéprimés, sont :

·      Primovaccination par une dose de VPC13, suivie d'une dose de VPP23 avec un délai minimum de huit semaines.

·      Les personnes qui n'ont reçu antérieurement que le VPP23 pourront recevoir une injection de VPC13 si la vaccination antérieure remonte à au moins un an.

·      Une injection ultérieure de VPP23 sera pratiquée avec un délai minimal de 5 ans par rapport à la date de l'injection précédente de VPP23.

La couverture vaccinale des adultes visés par les recommandations de 2013 est au mieux de 20%. Le HCSP estime que si la couverture vaccinale des sujets ciblés par les nouvelles recommandations atteint 60%, entre 600 et 800 décès par an supplémentaires seront évités par rapport à la situation actuelle.