Pneumocoque à Marseille : une opération de vaccination de grande envergure


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir :

  • Au moins 13 cas de pneumonie à pneumocoque ont été signalés chez des personnes travaillant sur la rénovation d'un bateau dans le chantier naval de Marseille
  • Une opération de vaccination de grande envergure a été mise en place le 3 février : elle concerne 4000 personnes, sur la base du volontariat
  • Lorsqu’elles sont invasives, les infections à pneumocoque nécessitent le plus souvent une hospitalisation et peuvent être fatales
  • Une vaccination est disponible et fait partie des nouvelles obligations vaccinales pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018

 

Alors que tout le monde parle du coronavirus, c’est une autre infection qui préoccupe l'Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d’Azur. En effet, celle-ci a été alertée le 28 janvier dernier de la survenue de 13 cas de pneumonie à pneumocoque chez des personnes travaillant sur la rénovation d'un bateau dans le chantier naval de Marseille. Le premier cas a été diagnostiqué le 9 janvier.

Une filière de soins a immédiatement été organisée et des mesures de précaution ont été prises : renforcement du lavage des mains, port de masque pour les personnes malades (3000 masques ont été mis à disposition), isolement de tout cas suspect en cabine individuelle…

Une opération de vaccination de grande envergure a été mise en place dès le 3 février pour protéger les travailleurs potentiellement exposés sur le chantier. La vaccination de 4000 personnes est prévue, sur la base du volontariat.

L’ARS rappelle que le pneumocoque ou Streptococcus pneumoniae est une bactérie qui peut causer des infections ORL (otites, sinusites), des pneumonies mais également des infections invasives sévères (septicémie et méningite). La transmission interhumaine se fait par l'intermédiaire des secrétions mais nécessite tout de même un contact rapproché et prolongé d’une heure. C’est une bactérie très fragile qui meurt rapidement dans le milieu extérieur.

Ces infections se traitent par antibiotiques mais elles peuvent être graves et nécessiter une hospitalisation, notamment lorsqu’elles sont invasives. La mortalité des infections invasives varie de 10% à 30% selon les études et augmente avec l’âge et la présence de comorbidités.

Deux types de vaccins sont disponibles (voir article : Infections à pneumocoque : comprendre les recommandations vaccinales) :

  • Le vaccin pneumococcique conjugué 13-valent (VPC13),
  • Le vaccin pneumococcique polyosidique non conjugué 23-valent (VPP23).

Pour rappel, la primovaccination contre le pneumocoque est désormais obligatoire pour tous les enfants nés depuis le 1er janvier 2018. Elle s’effectue avec le vaccin pneumococcique conjugué 13-valent (VPC13) selon un schéma vaccinal de primovaccination à deux injections à deux mois d’intervalle à l’âge de 2 mois (8 semaines) et 4 mois, suivies d’un rappel à l’âge de 11 mois.