Plus de 90 % des pays rapportent une hésitation vis-à-vis des vaccins

  • Lane S & al.
  • Vaccine
  • 18 juin 2018

  • Par Priscilla Lynch
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’hésitation vis-à-vis des vaccins est répandue dans le monde entier, les raisons de cette réticence à la vaccination étant très diverses, selon une nouvelle étude parue dans la revue Vaccine.

L’examen de trois années de données provenant du formulaire de rapport conjoint de l’OMS/UNICEF (Joint Report Form, JRF) a été entrepris pour déterminer le taux déclaré d’hésitation vis-à-vis des vaccins dans le monde.

Cette hésitation a été rapportée par plus de 90 % des pays. Un total de 1 110 raisons à cette hésitation ont été citées au cours des trois années et ces dernières ont varié selon le niveau de revenu du pays et la région de l’OMS, avec également des changements au cours du temps .

Les trois principales raisons citées concernant l’hésitation vis-à-vis des vaccins dans le monde au cours des trois années ont invariablement été les suivantes : 

  • le rapport risque-bénéfice (données scientifiques), p. ex. la peur d’effets secondaires (22 %, 23 %, 23 %) ;
  • le manque de connaissances et de sensibilisation au sujet de la vaccination et de son importance (15 %, 13 %, 10 %) ;
  • les enjeux liés à la religion, à la culture, au genre et aux conditions socio-économiques (10 %, 9 %, 12 %).

Les auteurs ont souligné que les raisons étaient basées sur l’évaluation d’informations chez un peu plus d’un tiers des pays ; les raisons restantes étaient basées sur des opinions. La proportion de pays ayant rapporté avoir réalisé une évaluation de l’hésitation vis-à-vis des vaccins au cours des cinq dernières années était légèrement supérieure à 30 % chaque année. Les pays à revenus intermédiaires supérieurs étaient les moins susceptibles d’avoir réalisé une évaluation, ce qui mérite qu’on y prête attention, ont déclaré les auteurs.