Plus d’un tiers des revues systématiques ne rapportent pas les effets secondaires dans leur intégralité


  • Mary Corcoran
  • Univadis Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que plus d’un tiers des revues systématiques sur les soins de santé ne rapportent pas les critères d’évaluation des événements indésirables dans leur intégralité. 

Dans le cadre d’une nouvelle étude, des chercheurs ont examiné le rapport des événements indésirables de 146 protocoles de revue systématique inscrits au registre prospectif international des revues systématiques (PROSPERO) et les revues respectives publiées entre 2017 et 2018.

Ils ont découvert que 65 % des revues avaient intégralement rapporté les critères d’évaluation des événements indésirables comme le protocole le prévoyait. Toutefois, 8 % des revues avaient entièrement exclu le critère d’évaluation des événements indésirables. 27 % des revues avaient soit rapporté de manière partielle, soit modifié les critères d’évaluation des événements indésirables tels que spécifiés dans leur protocole respectif sur le registre PROSPERO. Ces modifications comprenaient des changements positifs, comme l’ajout de nouveaux événements indésirables spécifiquement nommés, et des changements négatifs, comme l’exclusion d’événements indésirables spécifiquement nommés ou le changement du critère d’évaluation principal en critère d’évaluation secondaire. D’autres revues ont modifié la procédure de rapport telle que définie dans le protocole concernant la présentation des événements indésirables, en exposant par exemple le critère d’évaluation comme étant la « tolérabilité » au lieu de la « sécurité d’emploi ». 

Les auteurs ont indiqué que les chercheurs doivent être encouragés à inclure des critères d’évaluation relatifs aux événements indésirables dans leur protocole avant de commencer une revue systématique et à respecter la procédure de rapport des préjudices telle qu’établie dans les recommandations.

La recherche a été publiée dans la revue Journal of Clinical Epidemiology.