PLFSS 2018: la télémédecine sort de l'expérimentation


  • PR Editions Revue de presse
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 a été définitivement adopté par l'Assemblée nationale, annoncent Les Echos. Il contient la progression de l'objectif national de dépenses d'assurance-maladie (Ondam) à 2,3%, soit près de 200 milliards d'€, avec un taux de 2,4% pour la ville (88,9 milliards d'€) et 2% pour les établissements (80,7 milliards) qui bénéficient d'une hausse de 18 à 20 € du forfait journalier hospitalier. La généralisation du tiers payant et le conventionnement sélectif sont supprimés. Le texte crée un fonds innovation, doté de 30 millions d'€ la première année, pour favoriser les organisations nouvelles dans le secteur sanitaire et médico-social. Il met un terme au caractère expérimental et dérogatoire de la télémédecine: les actes de téléconsultation et de télé-expertise feront l'objet de négociations conventionnelles dès janvier. Le PLFSS instaure la prise en charge à 100% d'une consultation de dépistage des cancers du sein et du col de l'utérus pour les femmes de 25 ans, une hausse des prix des paquets de cigarettes jusqu'à 10 € d'ici fin 2020, et le passage à 11 vaccins obligatoires pour les nourrissons. La CSG (contribution sociale généralisée) sera augmentée de 1,7 point en contrepartie de la baisse de certaines cotisations sociales. Enfin, le régime social des indépendants (RSI) sera adossée progressivement au régime général.