Pleurésie de l’enfant : consensus français sur l’antibiothérapie


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Pleurésie de l’enfant : consensus français sur l’antibiothérapie

La SPLF et la SP2A ont mené une étude de consensus par méthode DELPHI auprès de spécialistes afin d’établir les lignes directrices de futures recommandations de prise en charge de pleurésie infectieuse chez l’enfant...

 

Chez l’enfant, les pleurésies d’origine infectieuse sont surtout la conséquence d’une infection pulmonaire d’origine communautaire faisant intervenir Streptococcus pneumoniae , Staphylococcus aureus ou un streptocoque du groupe A avec des évolutions récentes du fait de la quasi-éradication des sérotypes vaccinaux. Ainsi, les pleurésies à S. pneumoniae ont largement diminué au profit des cas à Streptococcus de groupe A, les cas liés à S. aureus étant relativement stables. Aussi, il existe une nécessité de faire évoluer le traitement antibiotique empirique ou ciblé.

Les données disponibles décrivent que l’antibiothérapie empirique et ciblée est très variable d’un centre à l’autre et au sein d’un même établissement, selon le service de prise en charge. Aussi, la Société de pneumologie de langue française (SPLF) et la Société pédiatrique de pneumologie et d’allergologie (SP2A) ont conduit une étude selon la méthode DELPHI en deux tours auprès de 25 pneumo-pédiatres et infectiologues pédiatres, afin d’évaluer l’existence d’un consensus concernant le traitement antibiotique contemporain des pleurésies purulentes chez les 0–18 ans.

Ce travail a montré en premier lieu qu’il existe des divergences importantes sur le type de molécule à utiliser en première intention : amoxicilline IV à 200 mg/kg/jour ou amoxicilline/acide clavulanique IV à 150 mg/kg/jour. Cependant, i l existe un consensus fort concernant la nécessité d’initier une antibiothérapie empirique en monothérapie par voie IV, e n absence de signes cliniques de gravité.

En cas d’infection à germe atypique ou en cas de signes cliniques de gravité (type éruption cutanée ou douleur articulaire), il existe un certain consensus sur la justification d’une antibiothérapie en association sans que la molécule à associer ne puisse être arrêtée : clarithromycine ou azithromycine notamment.

La prescription d’amoxicilline/acide clavulanique est préconisée par la majorité des répondants en cas de présence de S . aureus au niveau du liquide pleural ou celle de cloxacilline et clindamycine en cas de présence de S . aureus sécréteur de leucocidine de Panton Valentine (PVL). Pour les autres pleurésies, le consensus est moins clair.

Les experts s’accordent sur la nécessité d’adapter l’antibiothérapie en fonction du résultat de l’examen direct et de la culture du liquide pleural. Un relais oral fait l’objet d’un consensus fort, mais la précision du délai et de la durée n’est pas apportée.