Peut-on quantifier l’impact de la consommation de viande rouge sur la santé en France ?

  • De Oliveira Mota J & al.
  • Food Chem Toxicol
  • 16 mai 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une équipe française a estimé l’influence de la consommation de viande rouge en France sur le développement de maladies cardiovasculaires et du cancer colorectal. La contribution des hommes de plus de 45 ans, au développement des maladies cardiovasculaires et du cancer colorectal en lien avec une consommation de viande rouge serait plus importante que celle des femmes. Cette différence pourrait être en partie liée au fait que la consommation moyenne de viande rouge est plus importante chez les hommes (50 g/j en moyenne pour les hommes) que chez les femmes (35g/j). Ainsi, en France, 5% des cas incidents de cancer colorectal et 1% des cas incidents de maladies cardiovasculaires seraient attribuables à la consommation de viande rouge.

Méthodologie

Cette étude a utilisé un modèle probabilistique basé sur les incidences du cancer colorectal et des maladies cardiovasculaires, sur la consommation de viande rouge en France, ainsi que sur des données épidémiologiques de dose-réponse. Les résultats sont donnés en DALY pour Daly Adjusted Life Year qui correspond à la somme des années de vie potentiellement perdues du fait d’une mortalité prématurée et des années de vie productives perdues en raison d’une incapacité.

Principaux résultats

Pour le cancer colorectal comme pour les maladies cardiovasculaires en lien avec une consommation de viande rouge, les hommes sont plus à risque de développer ces pathologies que les femmes. Le risque de développer un cancer colorectal en lien avec la consommation de viande rouge serait 13 et 9 fois plus élevé respectivement chez les hommes et les femmes âgés de 45-64 ans par rapport aux plus jeunes.

Pour les maladies cardiovasculaires, le risque serait 9 fois plus important chez les femmes de 65 à 84 ans que chez celles de 45 à 64 ans. En revanche pour les plus jeunes le risque serait proche de zéro.

Au global, 19 DALY/100.000 personnes-années pour le cancer colorectal étaient attribuables à la consommation de viande rouge et 21 DALY/100.000 personnes-années pour les maladies cardiovasculaires.

Les deux principaux groupes d’âges contribuant le plus à l’impact de la consommation de viande rouge sur le cancer colorectal étaient les 45-64 ans et les 65-84 ans, et plus volontiers     les hommes (5 DALY/100.000 personnes-années pour ces deux groupes d’âges) que les femmes (3 DALY/100.000 personnes-années pour ces deux groupes d’âges).

Les hommes de 45-64 ans et de 64-85 ans étaient, quant à eux, les plus forts contributeurs au développement de maladies cardiovasculaires en lien avec la consommation de viande rouge (respectivement 5 DALY/100.000 personnes-années pour les deux groupes d’âge).

Principale limitation

Cette étude est une étude probabiliste.