Peu de personnes survivent à un arrêt cardiaque lié à un étouffement

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les arrêts cardiaques extrahospitaliers (ACEH) provoqués par un étouffement sont généralement fatals, même en cas de réanimation cardiopulmonaire (RCP) pratiquée par un témoin.
  • Le pronostic est sombre en l’absence de retour de la circulation spontanée en préhospitalier.
  • La prévention de l’étouffement est primordiale.
  • Le retrait de l’objet à l’origine de l’étouffement peut améliorer le pronostic.

Pourquoi est-ce important ?

  • Au Japon, l’étouffement tue 9 000 personnes chaque année, ce qui en fait la deuxième cause de décès accidentel non intentionnel.
  • Un âge avancé est un facteur de risque de décès par étouffement.
  • L’encéphalopathie hypoxique débute avant l’arrêt cardiaque, ce qui assombrit les résultats neurologiques.
  • Peu de données permettent de savoir si une RCP rapide modifie les résultats dans le cadre d’un ACEH provoqué par un étouffement. Cette étude suggère que ce n’est peut-être pas le cas.

Méthodologie

  • Une analyse post hoc a porté sur l’étude prospective multicentrique SOS-KANTO 2012 au Japon (n = 1 045).
  • L’étude a examiné des adultes victimes d’un ACEH provoqué par un étouffement qui ont été transportés vers des centres d’urgence.
  • Critère d’évaluation : les résultats neurologiques à un mois.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Âge médian : 81 ans.
  • 757 (72,6 %) des ACEH provoqués par un étouffement se sont produits en présence de témoins.
  • 375 patients (36 %) ont fait l’objet d’une RCP pratiquée par un témoin.
  • Des résultats neurologiques favorables à 1 mois ont été constatés chez 18 patients (1,7 %).
    • Parmi eux, 17 étaient en présence de témoins et 11 ont fait l’objet d’une RCP.
  • Environ une personne sur trois ayant présenté un retour de la circulation spontanée dans les cinq minutes suivant la RCP a survécu. 
  • En cas de délais plus longs de retour de la circulation spontanée, les taux de survie ont chuté à moins de 10 %.

Limites

  • Il se peut que ces résultats ne puissent pas être généralisés à d’autres populations.