Petites masses rénales : des données à long terme appuient le recours à l’ablation percutanée

  • Eur Urol
  • 3 mai 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients présentant des masses rénales de stade cT1, aucune différence significative n’a été observée à long terme au niveau de la survie sans récidive locale, de la survie sans métastases et de la survie spécifique au cancer (SSRL, SSM et SSC, respectivement) entre l’ablation percutanée et la néphrectomie partielle (NP).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ablation percutanée pourrait constituer une alternative acceptable pour les patients ne pouvant pas faire l’objet d’une chirurgie.

Protocole de l’étude

  • Une étude rétrospective a été menée auprès de 1 798 patients atteints de masses rénales primitives de stade cT1N0M0 (cT1a : n = 1 422 ; cT1b : n = 376), qui avaient fait l’objet d’une NP, d’une ablation par radiofréquence (ARF) percutanée ou d’une cryoablation au cours de la période 2000–2011.
  • Financement : Aucun.

Principaux résultats

  • Intervalle de la durée de suivi médiane : 6,0–9,4 ans.
  • La SSRL, la SSM et la SSC ne présentaient pas de différence entre les groupes suivants :
    • l’ARF, comparativement à la NP, chez les patients cT1a : RR de 1,49 (P = 0,4), 1,46 (P = 0,6) et 1,99 (P = 0,5), respectivement ;
    • la cryoablation, comparativement à la NP, chez les patients cT1a : RR de 1,88 (P = 0,18), 0,23 (P = 0,15) et 0,29 (P = 0,4), respectivement ; ou
    • la cryoablation, comparativement à la NP, chez les patients cT1b : RR de 1,22 (P = 0,8), 0,95 (P > 0,9) et 1,94 (P = 0,4), respectivement.
  • Le taux de SSC à 5 ans était de 99,3 %, 95,6 % et 100 % pour la NP, l’ARF et la cryoablation, respectivement, chez les patients cT1a, et de 98 % et 91 % pour la NP et la cryoablation, respectivement, chez les patients cT1b.
  • L’ARF et la cryoablation étaient associées à une réduction de la SG, comparativement à la NP, chez les patients cT1a (RR : 1,81 et 2,03, respectivement ; P 
  • La cryoablation était associée à une réduction de la SG, comparativement à la NP, chez les patients cT1b (RR : 2,74 ; P 

Limites

  • Étude monocentrique avec un biais de sélection.