Personnes âgées atteintes d’un CSP : une étude française découvre que le déclin cognitif est courant après le traitement adjuvant

  • Lange M & al.
  • Oncologist
  • 22 juin 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • 49 % des patientes plus âgées (âgées d’au moins 65 ans) atteintes d’un cancer du sein de stade précoce (CSP) démontrent un déclin cognitif après le traitement adjuvant (chimiothérapie ou radiothérapie [RT]).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les changements cognitifs après le traitement adjuvant sont souvent négligés.
  • Ils doivent être incorporés aux discussions avec les patientes relatives aux bénéfices et aux effets nocifs.
  • Un suivi cognitif régulier doit être ajouté aux soins.

Protocole de l’étude

  • Étude de cohorte observationnelle et multicentrique française menée auprès de 118 patientes plus âgées atteintes d’un CSP ayant été comparées à 62 patientes témoins en bonne santé appariées selon l’âge, le sexe et le niveau d’éducation.
  • L’indice de changement fiable (Reliable Change Index) a été calculé après la chirurgie, mais avant la chimiothérapie ou la RT (prétraitement), puis posttraitement (après la fin du premier traitement adjuvant, à savoir la chimiothérapie ou la RT).
  • Financement : Sanofi ; Programme Hospitalier de Recherche Clinique, France.

Principaux résultats

  • 51 % des patientes ne présentaient aucun déclin cognitif, alors que 49 % présentaient un déclin cognitif.
  • Cinq tendances de changement ont été détectées (P = 0,0001) lors de la comparaison entre le prétraitement et le posttraitement :
    • 36 % présentaient une fonction cognitive sous la normale au prétraitement, qui ne s’est pas dégradée après le traitement ;
    • 15 % présentaient un vieillissement normal (mêmes changements que les patientes témoins en bonne santé) ;
    • 31 % sans atteinte cognitive au prétraitement ont développé une atteinte cognitive ;
    • 12 % ont présenté un déclin sans atteinte cognitive ;
    • 6 % ont présenté un déclin cognitif accéléré.

Limites

  • Absence de témoins atteints de la maladie.
  • Étude observationnelle dans sa conception.
  • Absence de suivi à long terme.