Penser à maintenir les exercices physiques spécifiques chez vos patients âgés pour limiter le risque de chute !

  • Finnegan S & al.
  • Physiotherapy
  • 1 juin 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les analyses de données poolées de différents essais cliniques randomisés, et études de cohortes viennent de montrer que le suivi d’un programme d’exercices physiques était bénéfique jusqu’à 2 ans sur la prévention des chutes chez les sujets âgés, mais pas au-delà.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Chaque année, environ 30% des sujets âgés de 65 ans et plus font une chute. Bien que le risque de chute soit multifactoriel au sein de cette population, le manque d’activité physique, d’équilibre et de force sont des éléments déterminants. Des programmes d’exercices physiques ont montré leur bénéfice à réduire le risque de chute chez les sujets non institutionnalisés. Les recommandations de bonnes pratiques préconisent un programme incluant des exercices renforçant l’équilibre à une fréquence suffisante (2 heures par semaine durant au moins 6 mois). En revanche, les données manquent concernant les preuves de l'efficacité de ces programmes à long terme.

Méthodologie

Une revue systématique de la littérature a permis d’identifier les études cliniques randomisées, les études de cohortes, ainsi que les analyses secondaires et les suivis à long terme (>1 an) de programmes d’exercices physiques chez des adultes de 65 ans et plus non institutionnalisés par rapport à des groupes témoins.

Principaux résultats

Au total, 24 études ont été incluses dans les analyses, soit 7.818 sujets. Parmi ces études, 16 étaient des essais randomisés et contrôlés (ECR), et 8 étaient des études de cohortes ou des analyses secondaires d’ECR. Globalement, 79% des sujets étaient des femmes. Sur l’ensemble de études, 63% ont testé des programmes d’exercices multiples. 

  • Le suivi d’un programme d’exercices spécifiques permettrait de diminuer le risque de chute de 21% au-delà de 12 mois (ratio de risque 0,79 [0,71-0,88]) et le risque poolé de chute de 17% (risque relatif 0,83 [0,76-0,92]). L’hétérogénéité statistique du calcul de l’effet du programme d’exercices était substantielle (respectivement I2=60% et 55%).
  • Les programmes multiples (combinaison de 2 ou 3 types d’exercices différents) réduisaient le risque de chute de 18% (I2=55%) au-delà de 12 mois par rapport à une intervention contrôle. Sur le même critère, le suivi d’un programme comprenant un seul type d’exercice diminuait le risque relatif de chute de 35% (I2=67%) sur la même période.
  • Les programmes intégrant un seul type d’exercice (force/résistance) ou l’activité physique en général (ex. la marche) n’ont pas montré d’intérêt pour réduire le taux ou le risque de chute.
  • Des analyses en sous-groupes ont montré que l’intégration à un programme d’exercices physiques n’avait pas de bénéfice sur le taux de chute ou le risque de chute au-delà de 2 ans après qu’il soit terminé.

Principales limitations

L’effet des programmes d’exercices spécifiques sur la prévention du risque de chute a pu être surestimé du fait de la faible qualité méthodologique d’environ la moitié des études incluses. Ceci montre qu'il est important de mener des essais de bonne qualité méthodologique sur le sujet afin d'y voir plus clair.