Patients atteints de PR sévère : qu’offre réellement le filgotinib ?

  • Aletaha D & al.
  • RMD Open

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Les résultats des analyses post-hoc de l’étude de phase III FINCH 3 comparant l’intérêt d’associer ou non un traitement par filgotinib au méthotrexate (MTX) chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR), naïfs de traitement par MTX et ayant des facteurs de mauvais pronostic d’évolution de la maladie viennent d’être publiés. 

Ces données montrent qu’un traitement par filgotinib 200 mg une fois par jour associé au MTX offre à ces patients sévèrement atteints une amélioration rapide et cliniquement significative du contrôle de la maladie, avec notamment des taux plus élevés de rémission, une amélioration de la fonction physique et une moindre progression radiographique de la maladie par rapport à des patients sous MTX seul.

Pourquoi ces données sont-elles intéressantes ?

Les recommandations EULAR 2019 préconisent une escalade thérapeutique précoce chez les patients qui ont des facteurs pronostiques défavorables d’évolution de la maladie et qui sont insuffisamment répondeurs à un traitement de première ligne. Ces patients sont notamment à risque de progression radiographique après une monothérapie par MTX. Ils pourraient donc justifier d’une intensification du traitement à la visite de contrôle à 3 mois.

Méthodologie

Les patients inclus souffraient de PR sévère (présence ≥1 facteur de mauvais pronostic) et étaient naïfs de traitement par méthotrexate. Ils étaient randomisés pour recevoir durant 52 semaines, du filgotinib 100 ou 200 mg une fois par jour en association avec une dose de MTX ≤20mg une fois par semaine, du filgotinib 200 mg seul ou du MTX seul. Les facteurs de mauvais pronostic considérés étaient les suivants : présence du facteur rhumatoïde ou d’anticorps anti-CCP, taux de protéine C réactive (CRP) ≤4mg/L, DAS-28(CRP)>5,1 et présence d’érosions. Parmi les patients qui avaient ces quatre facteurs de risque, ceux traités par filgotinib seul ou associé au MTX ont été comparés à ceux traités par MTX en monothérapie et à la population globale.

Principaux résultats

Au total, sur les 1.249 patients inclus (âge moyen 53 ans) dont 77% de femmes. Parmi eux, 40,8% (n=510) avaient les quatre facteurs de mauvais pronostic. De manière attendue, les patients atteints d’une forme sévère avaient des atteintes structurales et fonctionnelles, une sévérité de la maladie plus importantes et un taux de séropositivité au facteur rhumatoïde et aux anticorps anti-CCP supérieur à ceux de la population globale. Chez les sujets avec atteinte sévère, le taux de réponse à l’ACR20/50/70 à 12,24 et 52 semaines était supérieur sous filgotinib 200 mg plus MTX versus MTX seul. En revanche, l’association filgotinib 100 mg associé au MTX et filgotinib 200 mg seul ne se sont pas révélés systématiquement plus efficaces que la monothérapie par MTX. La tolérance du filgotinib était comparable chez les patients ayant un mauvais pronostic par rapport à la population globale. Aucun nouveau signal de sécurité n’a été observé.

Principales limitations

Les analyses étaient des analyses post-hoc et le nombre de patients ayant les quatre facteurs de mauvais pronostic était limité.