Parasitoses tropicales… en métropole

  • Dr Blandine Esquerre

  • JIM Actualités métier
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, le lundi 13 novembre 2017 - Où partez-vous l'été prochain ? Si l'on sait bien que le moustique Aedes est présent en métropole et susceptible de provoquer des arboviroses réputées tropicales, d'autres parasitoses autochtones restent méconnues comme les rares (mais réguliers) paludismes, moins médiatisés. Lors de son congrès d'automne, la Société de médecine des voyages a fait un point sur certaines d'entre elles.

La bilharziose urinaire autochtone, par exemple, est une maladie à déclaration obligatoire en France depuis 2015, date à laquelle l'endémie est devenue "officielle". Pas sur le continent cependant, mais en Corse, où l'hôte intermédiaire de schistosomia haematobium, le bulin (un mollusque aquatique), est présent. Ainsi, probablement via le nord du Sénégal et par hybridation avec un schistosomia bovis, la maladie a pu arriver dès 2011 le long de la rivière Cavu (au sud de l'île), zone endémique actuelle. Comme il est très difficile d'interdire la baignade dans ce paradis de rafraîchissement estival, une sérologie pourra être utile chez les vacanciers concernés !

Pas de consensus

Leishmania Infantumhttp://www.parasitologie.univ-montp1.fr/conseil.htm