Paracétamol et AINS : le pharmacien doit jouer son rôle de conseil !


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) souhaite que les médicaments contenant du paracétamol et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène et l’aspirine, ne soient plus en libre accès dans les pharmacies à compter de janvier 2020 mais soient placés derrière le comptoir. L’objectif est de sécuriser leur utilisation en renforçant le rôle de conseil du pharmacien, notamment en cas d’automédication.

En effet, le paracétamol et les AINS actuellement en libre accès présentent des risques lors d’une utilisation inadéquate :

  • Le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie en cas de surdosage, nécessitant une greffe hépatique pour éviter le décès.
  • Les AINS peuvent être responsables de complications rénales et infectieuses graves. De plus, ils sont toxiques pour le fœtus en cas d’exposition après le début du 6 ème mois de grossesse.

Cette nouvelle mesure sera accompagnée, dans les prochains mois, par la mention d’un message destiné à alerter sur le risque hépatique, qui sera apposé sur les boîtes des médicaments contenant du paracétamol.

Il est rappelé qu’en cas de douleur et/ou de fièvre, notamment dans un contexte d’infection courante comme une angine ou une toux, il est recommandé de privilégier l’utilisation du paracétamol en respectant quelques règles :

  • Prendre la dose la plus faible, le moins longtemps possible,
  • Respecter les doses maximales et l’intervalle minimum entre les prises,
  • Ne pas dépasser la durée maximale de traitement recommandée en l’absence de prescription : 3 jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur,
  • Vérifier la présence de paracétamol dans les autres médicaments associés,
  • Alerter les populations particulières nécessitant des précautions (poids

En cas d’utilisation d’un AINS :

  • Prendre la dose minimale efficace, pendant la durée la plus courte,
  • Arrêter le traitement dès la disparition des symptômes,
  • Eviter les AINS en cas de varicelle,
  • Ne pas prolonger le traitement au-delà de 3 jours en cas de fièvre et au-delà de 5 jours en cas de douleur,
  • Ne pas prendre deux médicaments AINS en même temps,
  • Ne pas prendre d’AINS après le début du 6 ème mois de grossesse.