Papillomavirus : des garçons à vacciner

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Paris, le vendredi 3 juin 2016 - Depuis 2007, la vaccination des filles contre les HPV est recommandée en France dans le but d'éviter les lésions génitales précancéreuses féminines dues à (ou favorisées par) certains de ces virus. Depuis 2014, l'AMM s'est étendue à la prévention des lésions anales précancéreuses et cancéreuses et l'indication à toute personne immunodéprimée. Dès lors se pose la question de l'intérêt de généraliser cette vaccination ou de la cibler pour les hommes les plus à risque c'est-à-dire ceux qui ont des relations sexuelles avec des hommes (HSH).

En France, les verrues ano-génitales dues aux HPV sont fréquentes, récidivantes mais ne représentent un problème de santé publique ni par leur fréquence ni par leur gravité. Le cancer anal, malgré sa progression, reste rare en population générale, mais étroitement lié aux HPV, auxquels on attribue également 25 à 50 % des cancers du pénis (rares également). Quant aux données concernant les cancers de la sphère ORL dus aux HPV, elles restent vagues.

Mais comment faire ?

Chercher à améliorer la faible couverture vaccinale féminine par une couverture vaccinale ...