Ozempic® : nouveau traitement du diabète de type 2


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Ozempic® (sémaglutide) est un nouveau peptide analogue au glucagon-1 humain (GLP-1) qui vient d’obtenir une AMM européenne chez les adultes pour le traitement du diabète de type 2 insuffisamment contrôlé en complément d’un régime alimentaire et d’une activité physique

  • En monothérapie, quand l’utilisation de la metformine est considérée comme inappropriée en raison d’une intolérance ou de contre-indications,
  • En association avec d’autres médicaments destinés au traitement du diabète.

Ozempic® se présente sous forme de solution injectable en stylo prérempli. Chaque stylo contient 2 mg de sémaglutide dans 1,5 ml de solution.

Ozempic doit être administré une fois par semaine, quel que soit le moment de la journée, au cours ou en dehors des repas, par voie sous-cutanée.

Le sémaglutide est un analogue du GLP-1, une hormone physiologique exerçant plusieurs effets sur la régulation du glucose et de l’appétit, ainsi que sur le système cardiovasculaire.

Le sémaglutide réduit la glycémie de façon glucose-dépendante en stimulant la sécrétion d’insuline et en réduisant la sécrétion de glucagon lorsque la glycémie est élevée. Le mécanisme de réduction de la glycémie entraîne également un léger retard de la vidange gastrique en début de phase postprandiale.

Lors d’une hypoglycémie, le sémaglutide diminue la sécrétion d’insuline sans altérer la sécrétion du glucagon.

Le sémaglutide réduit le poids corporel et la masse grasse en diminuant les apports énergétiques, entraînant une réduction générale de l’appétit. En outre, le sémaglutide réduit la préférence pour les aliments à forte teneur en graisse.

Le sémaglutide exerce également un effet bénéfique sur les lipides plasmatiques, abaisse la pression artérielle systolique et réduit l’inflammation selon des études cliniques.