Où la lutte contre la pauvreté rejoint la lutte contre la dépression

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

« L'argent ne fait pas le bonheur, mais permet de choisir le genre de malheur que l'on préfère » dit-on. En santé mentale aussi, un contexte socioéconomique précaire représente un facteur de risque avéré dès l'enfance. Mais qu'en est-il de l'impact à long terme (20 ans après) des conditions à la naissance ? Une hypothèse envisage deux sous-types de dépression, caractérisés par l'âge d'apparition des premiers symptômes : avant ou après 17 ans. Cette conception distingue une dépression de type jeune, versus une dépression de type adulte. Ainsi, un faible statut socioéconomique parental n'aurait qu'une influence limitée dans le temps, correspondant à la dépression de type jeune, mais ne concernerait pas les dépressions d'apparition tardive (à l'adolescence), justiciables du type adulte. Mais cette hypothèse d'une « date de péremption » dans la sensibilité aux risques psychosociaux précoces est-elle valable ?

Pour approfondir la question, une équipe britannique a recherché s'il existe un lien tardif (jusqu'à 20 ans) entre symptômes dépressifs et faibles conditions socioéconomiques dès la petite enfance. Lors d'une étude de cohorte sur 9 193 jeunes (4 768 filles et 4 425 garçons), l'incidence des symptômes dépressifs selon l'âge et le statut socioéconomique parental a été contrôlée à différentes périodes : 10-12 ans, 12-16 ans, 16-20 ans (en plus d'un questionnaire à 18 ans). Parmi les critères socioéconomiques à la naissance figurent : emploi parental (qualifié ou non), éducation des parents (diplômés ou non de l'enseignement secondaire ou supérieur), qualité de vie (mesurée par trois indicateurs : difficultés matérielles, statut foncier [propriétaire ou locataire], accès à une voiture), et un indicateur subjectif (perception de problèmes financiers par les mères à la naissance). Exemple de question posée aux mères : « Sur une échelle de 1 (très difficile) à 4 (pas difficile du tout), comment évaluez-vous vos difficultés à pourvoir aux besoins suivants : nourriture, vêtements, chau...