Où l’on casse du sucre sur le dos des urgentistes

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Au cours des 20 dernières années, le nombre d'Américains diabétiques a triplé : 21 millions de personnes en 2011 (6,7 % de la population), soit de la matière à générer quelques millions d'hyper et d'hypoglycémies annuelles.

Tout simplement mieux connaître l'hypoglycémie aux Urgences, rechercher les caractéristiques des hypoglycémies réfractaires qui requièrent un traitement additionnel pour maintenir une glycémie ≥ 80 mg/dL et des hypoglycémies récurrentes qui retombent en dessous de 50 mg/dL, tels ont été les objectifs d'une étude rétrospective menée sur 244 patients adultes admis entre janvier 2011 et juillet 2015 avec une hypoglycémie inférieure à 50 mg/dL, dans un service d'Urgences universitaire nord américain. Age moyen 59 ± 18, 7 ans ; poids 85 ± 24,3 kg, 49 % de femmes, 73 % de diabétiques connus, 44,3 % d'insuffisants rénaux chroniques, 34,4 % de patients avec une infection active et 76,6 % ingurgitant un médicament générateur d'hypoglycémie : antidiabétiques, IEC, ß-bloquants, quinolones, salicylés, disopyramide, chloroquine.

Des pratiques en sucre mouillé

Les glycémies des 124 patients (51 %) admis via la filière des urgences pré hospitalières et ayant parfois déjà été « resucrés » avant leur admission, ont été (ré)évaluées plus rapidement aux Urgences (délai médian 25 minutes ; écart interquartile [EI], 10-40 minutes) que celles des patients s'y présentant par leur propres moyens (délai médian 43 minutes ; EI 17-95 minutes; P = 0,0018).

Parmi les 174 patients ayant une glycémie initiale < 50 mg/dL, 108 (62,1 %) ont été traités par du glucose IV (25 g en moyenne, écarts 12,5-75 g) ou du glucagon IM et d'autres l'ont été per os, avec un délai médian global de mise en route du traitement de 12 minutes après diagnostic de l'hypoglycémie (EI 6-27,8 minutes). Mais ô surprise salée, 21 (12 %) d'entre eux n'ont reçu ni traitement, ni nourriture ! Sans surprise, le « resucrage » a été plus rapide après dosage de la glycémie sur bandelette au chevet du patient, qu'après dosage sanguin par le laboratoire (11 [EI 6-23,5] minutes vs 25 [IQR, 10,75-42,5] minutes, respectivement ; P =0,015).

En moyenne, après le « resucrage », le premier contrôle glycémique a été pratiqué au bout de 22 (EI 8-44) minutes en moyenne.

Un bon tiers d'hypoglycémies réfractaires ou récurrentes

Des hypoglycémies réfractaires ou récurrentes ont été observées chez 30,3 % des patients. Les glycémies initiales des patients ayant secondairement ...