Otite moyenne avec épanchement : les corticoïdes oraux peu efficaces sur la perte d’audition

  • Francis NA & al.
  • Lancet
  • 18 août 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les enfants de 2 à 8 ans, 1 semaine de corticoïdes oraux ne permet pas d’améliorer la perte d’audition liée à l’otite moyenne avec épanchement par rapport à un placebo, selon la première étude clinique randomisée dédiée au sujet. La modeste amélioration observée n’était pas significative et n’était pas associée à de meilleurs résultats concernant les critères secondaires d’évaluation (amélioration à 6 et 12 mois, état de santé selon l’OM8-30 et qualité de vie liée à la santé (PedsQL et HUI3).

  • Deux points spécifiques ont été soulignés par les auteurs : d’une part, une proportion significative d’enfants ont vu leur otite se résoudre spontanément, ce qui a pu minorer le bénéfice statistique des corticoïdes. D’autre part, l’audition était significativement améliorée chez les enfants sous corticoïdes et qui avaient reçus des antibiotiques dans le mois précédent. Il pourrait donc être pertinent de conduire une nouvelle étude randomisée prospective parmi une population similaire qui comparerait le régime antibiothérapie seule ou associée aux corticoïdes.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée?

Chez les jeunes enfants, les otites moyennes bilatérales avec épanchement peuvent engendrer des pertes d’audition, et même perturber le développement du langage. Une revue Cochrane a montré que les corticoïdes oraux associés à l’antibiothérapie peuvent améliorer le pronostic de l’otite par rapport à l’antibiothérapie seule et suggère un bénéfice des corticoïdes oraux par rapport au placebo. Une seule étude s’est spécifiquement intéressée à l’apport des corticoides oraux sur le critère de perte d’audition, mais elle était de mauvaise qualité méthodologique. L’étude présentée ici visait à obtenir une meilleure preuve clinique chez des enfants souffrant d’otite moyenne bilatérale avec épanchement.

Méthodologie

  • L’étude OSTRICH était une étude randomisée menée en double aveugle dans 20 cabinets ORL britanniques ou gallois entre mars 2014 et avril 2016. Les enfants recrutés devaient avoir entre 2 et 8 ans et présenter une perte d’audition liée à une otite moyenne bilatérale avec épanchement depuis au moins 3 mois.

  • Les enfants ont été randomisés entre 7 jours de prednisolone soluble (20 mg/j pour les 2-5 ans, 30 mg pour les 6-8 ans) et un placebo. Le critère principal d’évaluation était le taux d’enfants ayant une audition acceptable 5 semaines après la fin du traitement.

Principaux résultats

  • Un total de 380 enfants (5 ans en moyenne) ont été recrutés et répartis entre les deux groupes, avec des caractéristiques démographiques et médicales similaires. Après randomisation, 77 % et 79% des enfants des groupes actif et placebo avaient suivi correctement le protocole de traitement.

  • À 5 semaines, l’audition était acceptable pour 40% des enfants du groupe corticoïdes contre 33% de ceux sous placebo, soit une différence non significative de 7% [3-17], un odds ratio ajusté de 1,36 [0,8-2,11] (p=0, 16) et un nombre de sujets à traiter de 14 pour obtenir l’amélioration de l’audition d’un enfant.

  • Une seule analyse en sous-groupes pré-spécifiés a permis de mettre en évidence une différence significative entre le groupe corticoïdes et le groupe placebo : ceux qui avaient reçu des antibiotiques dans le mois précédent avaient un ORa associé à une audition acceptable de 11,80 [1,18- 117,8] par rapport à ceux qui n’en n’avaient pas reçu (p=0,038 ).

  • Une augmentation significative du critère d’audition acceptable était observée à 6 mois et à 12 mois par rapport à celle rapportée à 5 semaines, mais la différence entre les corticoïdes et le placebo à ces différents temps de suivi (compris entre 7 à 8%) n’était pas significative.

  • Le taux et le délai de recours aux aérateurs transtympaniques étaient similaires dans les deux groupes.