Ondansétron chez la femme enceinte : un risque de malformation pendant le 1er trimestre


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’ondansétron (Zophren ® et génériques) est indiqué en prévention des nausées et vomissements induits par certaines chimiothérapies, radiothérapies et en post-opératoire. Il n’a pas d’indication en France dans la prise en charge des nausées et vomissements pendant la grossesse, mais il est parfois utilisé pour des cas très sévères (hyperémèse gravidique). Cependant, il ne doit pas être prescrit pendant le premier trimestre de la grossesse, même dans le cadre de ses indications, car il est susceptible de provoquer un léger sur-risque de malformations du visage (becs-de-lièvre et fente palatine) chez les enfants exposés (3 cas additionnels par rapport au risque observé en l’absence de tout traitement pour 10.000 femmes traitées). D’autres alternatives thérapeutiques sont donc à privilégier au cours du 1 er trimestre de grossesse.

Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace au cours d’un traitement par ondansétron.

On peut noter qu’un rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) sur les médicaments antiémétiques est prévu en 2020. Il a notamment pour objectif de proposer un état des connaissances sur les risques associés à une exposition pendant la grossesse aux médicaments indiqués dans le traitement des nausées et vomissements en France.