OMS : le paludisme peut être éradiqué, mais il est nécessaire d’accentuer les efforts


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que le paludisme peut être éradiqué, mais qu’il est nécessaire pour parvenir à cet objectif d’accélérer les travaux de recherche-développement pour la mise au point de nouveaux outils de prévention et de traitement du paludisme, d’avancer sur la voie de la couverture sanitaire universelle et d’élargir l’accès aux services. 

Cette déclaration intervient alors que les données montrent que les taux d’infection au paludisme et de mortalité liée au paludisme à l’échelle du globe sont restés pratiquement inchangés depuis 2015 et que le monde n’est pas sur la bonne voie pour parvenir aux objectifs d’une réduction de 90 % de l’incidence du paludisme et des taux de mortalité liés au paludisme d’ici 2030.

Le mois prochain, l’OMS organisera un forum sur le thème « Relever le défi de l’éradication du paludisme » et, en amont de l’événement, le Groupe consultatif stratégique de l’OMS sur l’éradication du paludisme a publié le résumé d’orientation d’un nouveau rapport qui examine la faisabilité de l’éradication du paludisme. 

Les analyses montrent que l’intensification des interventions actuelles contre le paludisme permettrait d’éviter 2 milliards de cas de paludisme et 4 millions de décès supplémentaires d’ici 2030, à condition que ces interventions bénéficient à 90 % de la population des 29 pays qui représentent 95 % de la charge mondiale.

Le groupe affirme que, s’il n’est pas encore possible de fixer une date limite pour l’éradication du paludisme, les efforts doivent être consacrés à l’établissement des bases du succès des futurs efforts d’éradication de la maladie.