ODPC-GQ : Dépistage du cancer de la prostate : pour une éthique de l’incertitude

  • Dr Roseline Peluchon

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Pour compléter leur réflexion, les participants au colloque sur le dépistage du cancer de la prostate ont bénéficié de l'intervention nourrie du Dr Dominique Arsène de l'Espace de Réflexion Éthique de Normandie. Il a souligné pour commencer la difficulté pour chacun de naviguer dans l'incertitude et la nécessité d'une réflexion éthique qui donne un sens à l'action.

Beauchamp et Childress ont défini 4 principes de l'éthique biomédicale : respect de l'autonomie, principe de non malfaisance, désir de bienfaisance et principe de justice. Face à ces 4 principes, chaque cas reste toutefois singulier. Si l'acte de soin fait appel à une compétence, celle-ci ne suffit pas et il requiert aussi un engagement, une responsabilité immédiate et continue.
Le principe d'autonomie transforme la relation soignant-soigné

avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu'il lui fournit

Ne pas nuire, mais au moins tâcher d'être utile



Pour une juste distribution des ressources