Obésité morbide : quid de l’efficacité et de la tolérance des anticoagulants d’action directe ?

  • Kushnir M & al.
  • Lancet Haematol
  • 24 mai 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats d’une étude monocentrique américaine montrent que l’incidence des récidives de thromboembolie veineuse chez les patients ayant une obésité morbide (IMC ≥40 kg/m2) est faible et similaire sous apixaban, rivaroxaban et warfarine. L’incidence des AVC était également similaire chez les sujets souffrant de fibrillation atriale, présentant une obésité morbide et traités par ces molécules. Enfin, aucune différence sur l’incidence des saignements (majeurs ou non) n’a été mise en évidence après ajustement entre les sujets traités par inhibiteurs directs du facteur Xa et ceux traités par warfarine. 

Pourquoi cette étude est intéressante ?

De précédents travaux ont montré que l’efficacité et la tolérance des anticoagulants d’action directe étaient similaires en prévention des récidives de thromboembolie veineuse et systémique par rapport aux inhibiteurs de la vitamine K avec un risque de saignement moindre. Cependant, le faible nombre de patients en obésité morbide inclus dans ces études pose la question de l’efficacité et la tolérance d’une dose fixe d'anticoagulant d’action directe versus la warfarine chez ces patients. Et ce, d’autant plus que des études de pharmacocinétique ont montré des variations du volume de distribution de ces médicaments chez les sujets obèses. D’où l’intérêt de cette étude qui regroupe      la plus large cohorte évalué sur le sujet à ce jour. 

Méthodologie

Cette étude monocentrique rétrospective a été menée chez des patients adultes présentant une obésité morbide (IMC ≥40 kg/m2) ayant reçu une prescription d’apixaban, de rivaroxaban ou de warfarine pour une thromboembolie veineuse ou une fibrillation atriale. 

Principaux résultats

Au total, les données de 795 adultes en obésité morbide ont été analysées (150 sous apixaban, 326 sous rivaroxaban et 319 sous warfarine). L’IMC des sujets inclus variait entre 40 et 88 kg/m2. Parmi ces patients, 366 souffraient de thromboembolie veineuse et 429 de fibrillation atriale. 

  • Chez ceux qui avaient eu une thromboembolie veineuse, l’incidence des récidives était faible et similaire chez les sujets sous apixaban, rivaroxaban et warfarine (respectivement 2,1%, 2,0% et 1,2%, p=0,74). L’incidence des saignements majeurs chez ces sujets était similaire (respectivement 2,1%, 1,3% et 2,4%, p=0,77).
  • Chez les sujets avec fibrillation atriale, l’incidence des AVC était faible et similaire quel que soit le traitement prescrit (1,0% sous apixaban, 2,3% sous rivaroxaban et 1,3% sous warfarine, p=0,71). Les saignements majeurs étaient de 2,9% sous apixaban, 2,9% sous rivaroxaban et 7,9% sous warfarine. Après ajustement sur l’âge, le     score de Charlson et le score CHA2DS2-VASc, ces différences de risque de saignements majeurs n’étaient plus significatives. 
  • Des analyses en sous-groupes chez 92 patients souffrant de thromboembolie veineuse profonde ou de fibrillation atriale et ayant un IMC ≥50 kg/m2 ont montré les mêmes tendances.

Principales limitations

Étude monocentrique et rétrospective.