Nutrition parentérale exposée à la lumière : un risque d’effets indésirables graves chez les nouveau-nés


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Il a été mis en évidence que l’exposition à la lumière des produits de nutrition parentérale contenant des acides aminés et/ou des lipides (d’autant plus lorsqu’ils sont mélangés avec des vitamines et/ou des oligo-éléments) provoque la formation de peroxydes et d’autres produits de dégradation qui peuvent entraîner des effets indésirables graves chez les nouveau-nés prématurés. En effet, ces derniers ont de multiples facteurs de risque de stress oxydatif (ex : oxygénothérapie, photothérapie, système immunitaire immature, réponse inflammatoire avec défense anti-oxydante réduite). De plus, ils ont des besoins nutritionnels élevés et des débits de perfusion intraveineuse lents.

Même si les nouveau-nés prématurés sont les plus concernés, des précautions doivent être prises pour tous les jeunes enfants. Ainsi, les produits de nutrition parentérale contenant des acides aminés et/ou des lipides, lors de leur administration à des nouveau-nés (prématurés ou non) et à des enfants de moins de 2 ans, doivent être protégés de la lumière (conditionnements et dispositifs d’administration). Cette protection semble efficace d’après une méta-analyse de quatre essais cliniques contrôlés randomisés qui a montré une réduction de la mortalité à l’âge gestationnel de 36 semaines lorsque des protections contre la lumière sont mises en place.