NutriNet-Santé : la combinaison de 3 facteurs d’hygiène de vie influencerait le risque de dépression

  • Adjibade M & al.
  • J Affect Disord
  • 15 juin 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une nouvelle analyse de la cohorte française NutriNet-Santé, l’adhésion à plusieurs comportements d’hygiène de vie sains est associée à un moindre risque de développer une dépression ou des symptômes dépressifs. Après combinaison de cinq paramètres principaux dans un indicateur validé (HLI, Healthy Lifestyle Index, associant IMC, alimentation, activité physique, consommation d’alcool et tabac, et croissant avec une hygiène de vie saine), une diminution de 10% des cas incidents peut être associée pour chaque point supplémentaire du score HLI.

  • L’analyse isolée de chacun des paramètres hygiéno-diététiques montre que ce sont surtout le poids, l’alimentation et le tabagisme qui sont associés à ce risque : leur non-respect pourrait être isolément responsables de 5 à 8% des cas incidents et de 14% d’entre eux lorsqu’ils sont combinés.

  • Ces données, obtenues à partir de cas incidents, après exclusion des personnes ayant des antécédents personnels, sont assez solides pour conforter les liens supposés entre hygiène de vie et risque de dépression. L’inflammation, le stress oxydant et les modifications du microbiote constituent plusieurs hypothèses physiopathologiques pouvant expliquer cette association.

Pourquoi est-ce important ?

L’association entre l’hygiène de vie et la dépression ou les symptômes dépressifs a fait l’objet de nombreuses études décrivant notamment qu’un poids normal, une faible consommation d’alcool ou la pratique d’une activité physique jouent un rôle protecteur. Pour autant, l’influence des différents facteurs d’hygiène de vie n’a fait l’objet que d’une étude prospective. L’exploitation des données de NutriNet-Santé offre l’occasion de mieux évaluer ces associations et propose pour la première fois une évaluation de la part attribuable à ces différents facteurs.

Méthodologie

  • L’étude NutriNet-Santé regroupe plus de 120.000 participants volontaires recrutés entre 2009 et 2012 et ayant répondu régulièrement à des enquêtes sur l’alimentation, l’hygiène de vie et sur les données médicales.

  • Dans ce travail, seuls les sujets non dépressifs ou sans antécédent dépressif ont été inclus afin de recenser les cas incidents au cours du suivi.

Principaux résultats

  • Au total, 19.675 femmes (45,5 ans) et 6.162 hommes (53,1 ans) ont été inclus dans l’analyse. Parmi eux, 2.112 cas incidents de dépression ou de symptômes dépressifs ont été recensés au cours du suivi.

  • Après calcul de l’indice HLI, 3.408 sujets apparaissaient respecter les 5 paramètres d’hygiène de vie, tandis que 5.451 en respectaient entre 0 et 2.

  • Ceux qui avaient un score HLI élevé étaient plus souvent des femmes, étaient plus âgés, avaient un niveau économique ou d’éducation plus élevé et avaient moins souvent de maladies cardiovasculaires ou de diabète.

  • Après ajustement complet, un point supplémentaire du score HLI était associé à un risque de dépression diminué de 10% [6-13%], soit respectivement 9% pour les femmes et 11% pour les hommes.

  • L’analyse des 5 paramètres pris isolément montre que les hazard ratio ajustés associés au fait de ne jamais avoir fumé, d’avoir une alimentation équilibrée et d’avoir un poids normal étaient respectivement de 0,89 [0,82-0,97], de 0,87 [0,76-0,92] et de 0,83 [0,76-0,92]. L’activité physique et la consommation d’alcool n’apparaissaient pas associées au risque de dépression.

  • In fine, la part des cas de dépression incidents était pour 14% attribuables à une alimentation non équilibrée, un surpoids et un tabagisme et pour 10% attribuables au non-respect de 4 des 5 paramètres du score HLI.

Limitations

  • La cohorte n’est pas représentative de la population générale car elle regroupe des personnes sensibles aux questions d’alimentation et d’hygiène de vie.

  • Le score HLI, qui est établi par dichotomie, est moins sensible qu’un score prenant en compte des variables continues.