Nouvelles recommandations pour la prise en charge de l’obésité dans le cadre des soins en médecine générale


  • Mary Corcoran
  • Univadis Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De nouvelles recommandations concernant la prise en charge de l’obésité chez l’adulte dans le cadre des soins en médecine générale préconisent que la réduction du tour de taille doit être considérée comme étant encore plus importante que la perte de poids, car elle est associée à une diminution de la graisse viscérale et des risques cardiométaboliques associés. 

Les recommandations, publiées dans la revue Obesity Facts: the European Journal of Obesity, fournissent des conseils pratiques sur l’évaluation clinique de l’obésité et du syndrome métabolique, ainsi que des conseils sur les traitements de l’obésité. 

Elles indiquent, étant donné que le premier objectif du traitement est de stabiliser le poids, que le médecin généraliste peut surveiller la perte de poids et le tour de taille toutes les une à deux semaines au cours des premiers mois, afin d’évaluer l’efficacité du plan de traitement. La fréquence de cette surveillance peut être réduite à une surveillance mensuelle après six mois.

Les recommandations soulignent également l’importance que revêt la communication dans le cadre du traitement de l’obésité, et précisent qu’il est important d’accueillir le patient venant au cabinet médical avec empathie et sans jugement négatif ou préjugé. « Nous devons reconnaître que la discrimination et la stigmatisation des patients atteints d’une obésité est étonnamment courante dans le milieu des soins de santé », déclarent les auteurs, qui mettent en évidence les conséquences néfastes d’une telle stigmatisation. 

Les recommandations préconisent le recours à l’entretien motivationnel pour accroître la motivation à changer du patient ainsi que sa confiance dans le thérapeute et le traitement.