Nouvelles recommandations de l’OMS : la prise en charge de la santé chez les adultes atteints de troubles mentaux sévères


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié de nouvelles recommandations visant à soutenir la prise en charge des affections médicales physiques chez les adultes atteints de troubles mentaux sévères (TMS), notamment la dépression modérée à sévère, le trouble bipolaire, la schizophrénie et d’autres troubles psychotiques. 

Ces recommandations couvrent un certain nombre de domaines visant à soutenir la réduction des facteurs de risque de maladies physiques, dont l’arrêt du tabagisme et la gestion du poids. 

Elles préconisent des interventions pharmacologiques et non pharmacologiques combinées pour l’arrêt du tabagisme, faisant remarquer que le traitement comportemental seul pour l’arrêt du tabagisme se caractérise par un faible taux d’abstinence dans le cadre des TMS. Des traitements par varénicline, par bupropion et un traitement de substitution de la nicotine peuvent être envisagés pour l’arrêt du tabac, mais les prescripteurs devront prendre en considération les interactions potentielles avec les médicaments psychotropes. 

Les interventions comportementales doivent être envisagées chez les individus en surpoids ou obèses ou qui risquent de le devenir. L’instauration d’un psychotrope ayant une plus faible propension au gain pondéral doit être envisagée. Dans les cas où les interventions axées sur le mode de vie et/ou le changement de psychotropes ne semblent pas efficaces, les recommandations indiquent que la metformine adjuvante peut être envisagée. 

Des recommandations sont également formulées dans des domaines tels que les troubles liés à l’utilisation de substances illicites, les risques et maladies cardiovasculaires, le diabète sucré, le VIH/SIDA et d’autres maladies infectieuses. 

Les recommandations seront réexaminées dans trois à cinq ans.