Nouvelles obligations vaccinales : l’impact positif se confirme


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir :

  • Vaccinoscopie est une étude annuelle française réalisée sur internet qui a pour objectif d’évaluer l’opinion des mères vis-à-vis de la vaccination et de déterminer les couvertures vaccinales
  • Les derniers résultats 2019 confirment l’impact positif des nouvelles obligations vaccinales pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018
  • On observe ainsi, entre 2017 et 2019, une augmentation significative de la couverture vaccinale : pour l’hépatite B de 86,1% à 93,0% et pour le méningocoque C de 1,1% à 69,5%
  • L’augmentation des couvertures vaccinales contre le pneumocoque et le ROR est plus faible : de 90,9% et 85,5% en 2017 à 93,1% et 89,5% en 2019, respectivement
  • On constate également un regain de confiance de la population vis-à-vis de la vaccination

Vaccinoscopie est une étude française réalisée sur internet à l’aide d’un questionnaire standardisé rempli par des mères de famille chaque année depuis 2008. Elle a pour objectif d’évaluer l’opinion et le comportement des mères vis-à-vis de la vaccination et de déterminer les couvertures vaccinales grâce au report par les mères de toutes les vaccinations enregistrées dans le carnet de santé de leurs enfants. Les derniers résultats de cette enquête ont été publiés en ligne en décembre 2019 et confirment, pour la 2ème année consécutive, un impact positif des nouvelles obligations vaccinales pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018 (11 vaccins obligatoires contre seulement 3 précédemment).

L’année dernière, les résultats 2018 de cette étude avaient permis d’évaluer l’impact des nouvelles obligations sur la couverture vaccinale des enfants âgés de 6 mois et avait montré des résultats prometteurs (+8 points de couverture vaccinale pour l’hépatite B et +31 points pour le méningocoque C). Il avait également été observé un impact sur la confiance des mères, qui étaient plus favorables à la vaccination.

L’étude Vaccinoscopie 2019, qui s’est déroulée entre le 29 août et le 25 novembre 2019, a inclus un échantillon représentatif de 4500 mères d’enfants d’âges différents, dont 1500 avaient entre 0 et 17 mois (c’est-à-dire qu’ils étaient nés après l’extension vaccinale). Les résultats publiés en ligne et actuellement sous presse confirment l’impact positif des nouvelles obligations vaccinales. Ainsi, à partir des données de 250 enfants âgés de 15 à 17 mois, on constate :

  • Une couverture vaccinale élevée et stable (≥ 94% en 2017-2019) pour les vaccins DTP (Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite), Ca (Coqueluche acellulaire) et Hib (haemophilus influenzae B).
  • Une augmentation significative de la couverture vaccinale pour l’hépatite B de 86,1% à 93,0% (p
  • Une augmentation significative de la couverture vaccinale pour le méningocoque C de 1,1% à 69,5% (p
  • Une augmentation non significative des couvertures vaccinales contre le pneumocoque et le ROR : de 90,9% et 85,5% en 2017 à 93,1% et 89,5% en 2019, respectivement.

La plus forte augmentation des couvertures vaccinales pour l’hépatite B et le méningocoque comparée à celle du ROR pourrait en partie être liée au fait que les contrôles des vaccinations sont surtout réalisés lors de l’admission en crèche, garderie et chez les assistantes maternelles. Ils sont moins fréquents une fois que l’enfant est déjà admis, ce qui est souvent le cas à 12 mois lors de la 1ère injection ROR. Les contrôles devraient donc être plus fréquents au cours de la 2ème année de vie pour atteindre plus rapidement les 95% de couverture vaccinale nécessaires pour contrôler la rougeole.

Cette plus faible augmentation de la couverture vaccinale pour le ROR peut également être liée au fait que la vaccination n’est pas réalisée strictement à l’âge de 12 mois mais souvent dans les mois qui suivent et ne ressort donc pas encore dans ces résultats.

Cette augmentation des couvertures vaccinales est associée à un regain de confiance de la population vis-à-vis de la vaccination entre 2017 et 2019, comme le montrent :

  • L’augmentation de la proportion de mères en faveur de la vaccination et qui pensent être plutôt bien/parfaitement bien informées sur la vaccination,
  • La diminution de la proportion de mères qui se disent être contre les nouvelles obligations vaccinales (17,4% étaient contre en 2017 versus 7,8% en 2019, p

Les mères sont plus nombreuses en 2019 qu’en 2017 à percevoir l’utilité des vaccins contre la coqueluche, la rougeole, le méningocoque C et l’hépatite B (+4,4 ; +6,7 ; +6,7 et +9,0 points respectivement ; p

En conclusion, l’extension de l’obligation vaccinale des jeunes enfants de 3 à 11 vaccins a été bien acceptée par les professionnels de santé et la population générale. Les campagnes d’informations mises en place par les autorités de santé semblent avoir eu un impact positif sur l’opinion des parents concernant la vaccination, avec une augmentation des couvertures vaccinales qui n’atteignent cependant pas encore les objectifs fixés. Il est important de renforcer les messages destinés aux professionnels de santé et aux parents concernant le respect des âges de vaccination, notamment pour les vaccins contre le méningocoque C et ROR, afin d’éviter ces infections et leurs conséquences. Les résultats 2020 de cette enquête Vaccinoscopie permettront d’avoir une vision plus complète de l’impact de ces nouvelles obligations vaccinales (notamment sur la seconde dose du vaccin ROR) avec des enfants âgés de 24 mois.