Nouvelles directives américaines pour la conduite de l'antibiothérapie parentérale ambulatoire (APA)

  • Norris AH et coll.
  • Infectious Diseases Society of America (IDSA)
  • 13 nov. 2018

  • de Priscilla Lynch
  • Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Chez tous les patients débutant une antibiothérapie parentérale ambulatoire (APA), le traitement doit être évalué par un spécialiste des maladies infectieuses avant sa mise en place puis faire l'objet de contrôles réguliers, selon les directives actualisées concernant l'APA de l'IDSA (Infectious Diseases Society of America).

Ces directives, qui ont été publiées dans la revue Clinical Infectious Diseases, fournissent également les recommandations suivantes :

  • L'APA par vancomycine doit faire l'objet d'une surveillance étroite pendant toute la durée du traitement afin de repérer d'éventuels événements indésirables.
  • Chez les patients sans antécédents d'allergie aux antimicrobiens de la même classe, la première dose d'un nouvel antimicrobien IV peut être administrée au domicile, sous le contrôle d'un professionnel de la santé qualifié et équipé du matériel nécessaire pour réagir aux réactions anaphylactiques.
  • Chez les patients recevant une APA pendant deux semaines maximum, un cathéter mi-long (midline) inséré dans le bras peut être utilisé à la place d'un cathéter central inséré par voie périphérique (CCIP) ou d'une voie veineuse centrale.

« La majorité des patients adressés pour une APA en ont réellement besoin mais, dans de nombreux cas, un antimicrobien oral serait suffisant. Compte tenu du problème mondial croissant posé par le mésusage des antimicrobiens et la résistance à ces agents, toute occasion de limiter le recours à ces médicaments doit impérativement être saisie, » a déclaré la Dre Anne H. Norris, coprésidente des directives. « Cela permet non seulement une saine gestion des antimicrobiens, mais réduit également les coûts et peut améliorer le bien-être des patients. »