Nouveaux chiffres sur la résistance aux antimicrobiens en Europe


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Vytenis Andriukaitis, commissaire de l’Union européenne (UE) à la santé et à la sécurité alimentaire, a déclaré que les nouvelles données de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (European Food Safety Authority, EFSA) et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) devaient tirer la sonnette d’alarme concernant la résistance aux antimicrobiens.

Le commissaire commentait le dernier rapport de synthèse de l’UE sur la résistance aux antimicrobiens (EU summary report on antimicrobial resistance), qui présente les données recueillies auprès des 28 États membres de l’UE pour l’année 2017.

Le rapport montre qu’une proportion élevée d’isolats humains de Salmonella étaient résistants à l’ampicilline, aux sulfonamides et aux tétracyclines. Des taux variables de producteurs présumés de bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE)/d’AmpC dans la bactérie Salmonella ont été observés entre les pays. De faibles niveaux de résistance à la colistine ont également été observés.

Même si la résistance combinée à des antimicrobiens d’importance critique s’est révélée peu fréquente de manière générale, une résistance polymédicamenteuse très élevée à extrêmement élevée a été constatée dans la bactérie S. typhimurium. La bactérie S. Kentucky provenant d’êtres humains a démontré un haut niveau de résistance à la ciprofloxacine en plus de la prévalence élevée de la résistance aux BLSE.

Dans la bactérie Campylobacter, des isolats dans des proportions élevées à extrêmement élevées étaient résistants à la ciprofloxacine et aux tétracyclines, en particulier dans la bactérie Campylobacter coli. Dans cinq pays, des proportions élevées à très élevées de C. coli provenant d’êtres humains ont également démontré une résistance à l’érythromycine.

M. Andriukaitis a indiqué que le rapport « devait, à nouveau, tirer la sonnette d’alarme » et a appelé à agir « avant que la sonnette d’alarme ne devienne une sirène assourdissante ».