Nouveau diagnostic de DT2 : la mortalité à cinq ans est la plus élevée parmi les patients qui développent une IC

  • Zareini B & al.
  • Circ Cardiovasc Qual Outcomes
  • 23 juin 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le développement d’une insuffisance cardiaque (IC) après un diagnostic de diabète de type 2 (DT2) entraîne le risque le plus élevé de mortalité à cinq ans, lequel est jusqu’à cinq fois plus élevé qu’en l’absence d’une maladie cardiovasculaire (MCV).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs espèrent que les résultats encourageront les cliniciens à évaluer régulièrement la présence d’un DT2 ou d’une IC chez leurs patients.

Principaux résultats

  • À chaque année où une analyse a été effectuée, la maladie cardiaque ischémique (MCI) était l’affection la plus fréquemment identifiée à se développer, tandis que l’IC était la moins fréquente.
  • Le risque de décès à 5 ans, c’est-à-dire 5 ans après le diagnostic de DT2, était le plus élevé en présence d’une IC : 47,6 % (IC à 95 % : 44,8–50,3 %).
  • Pour la MCI, l’accident vasculaire cérébral (AVC), l’insuffisance rénale chronique (IRC) et l’artériopathie périphérique (AP), ce risque était inférieur à 35 %.
  • Les rapports de risques (IC à 95 %) de mortalité à 5 ans étaient les suivants :
    • Présence d’une IC : 3,0 (2,9–3,1).
    • Présence d’une MCI : 1,3 (1,3–1,4).
    • Présence d’un AVC : 2,2 (2,1–2,2).
    • Présence d’une IRC : 1,7 (1,7–1,8).
    • Présence d’une AP : 2,3 (2,3–2,4).
  • La présence d’une IC en plus de l’un de ces diagnostics a aggravé le risque de mortalité.
  • L’analyse selon l’âge, le sexe et les comorbidités, etc., n’a pas changé cette tendance.

Protocole de l’étude

  • Les données ont été recueillies à partir de 2 cohortes issues de registres danois (1998–2008 et 2009–2015), dont tous les patients avaient reçu un nouveau diagnostic de DT2.
  • n = 153 405 ; suivi médian de 9,7 ans (intervalle interquartile : 5,8–13,9).
  • Des points temporels de référence annuels après le diagnostic ont été utilisés pour estimer les résultats à 5 ans.
  • Financement : Association danoise du cœur ; Boehringer Ingelheim.

Limites

  • Sévérité inconnue de l’IC et du DT2.