Nos adolescents abusent-ils des écrans ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les écrans sont désormais omniprésents dans la vie des adolescents : télévision, ordinateur, téléphone portable, tablette, console de jeux… Or, l’usage intensif de ces outils à un âge précoce peut avoir des conséquences néfastes (réduction du temps de sommeil, exposition à des images « violentes », difficulté d’apprentissage…) et entraîner des comportements problématiques, voire de nouvelles formes d’addiction, notamment aux jeux vidéo et aux réseaux sociaux. Il est donc important de définir et déceler les comportements abusifs ou problématiques qui peuvent être liés au temps passé devant les écrans (une étude recommande de limiter ce temps à 2 heures par jour chez les adolescents) ou au type d’activité pratiquée, sachant que l’apparition d’outils nomades utilisés dans la chambre de l’enfant complique le contrôle par les parents.

Ordinateur et télévision : les écrans qui accaparent le plus les adolescents

En 2017, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) a intégré un nouveau module sur les utilisations de divers appareils électroniques munis d’écrans dans l’Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la Défense (ESCAPAD). Cette enquête anonyme interroge des jeunes âgés de 17 ans à l’aide d’un questionnaire auto-administré durant la journée défense et citoyenneté (JDC).

Il en ressort que l’ordinateur et la télévision sont les supports écrans qui accaparent le plus les adolescents. Concernant l’ordinateur, 40,0 % des jeunes de 17 ans disent y consacrer au moins 2 heures par jour et 14,9% plus de 6 heures. Pour la télévision, ils sont 35,8 % à déclarer y passer au moins 2 heures par jour et 10,0% plus de 6 heures. Cette durée est fortement liée à la disponibilité de ces appareils dans la chambre du jeune.

En comparaison, et malgré des taux d’équipement élevés, consoles de jeux et tablettes mobilisent nettement moins les adolescents (14,5% et 12,2% respectivement disent y consacrer au moins 2 heures par jour et 5,0% et 4,0% plus de 6 heures).

L’usage de la console de jeux est fortement lié au genre (plus fréquent chez les garçons) et à la présence de l’appareil dans la chambre. Concernant la tablette, les niveaux d’usage sont équivalents entre filles et garçons.

Lorsqu’on additionne les temps moyens que les jeunes ont déclaré passer quotidiennement devant chacun des quatre types d’écrans (ordinateur, télévision, console de jeu et tablette), sans compter le temps passé sur le téléphone portable, on aboutit au résultat suivant : 57 % passent au moins quatre heures par jour devant un écran et 39 % au moins six heures.

Téléphone portable : un usage difficile à quantifier

Quant au téléphone portable, son usage peut difficilement être appréhendé en termes de durée car les interactions avec cet appareil peuvent être très brèves, nombreuses et de multiples natures. L’enquête s’est alors penchée sur l’aptitude des jeunes à se déconnecter totalement, en éteignant leur téléphone afin qu’il ne les perturbe pas dans leurs activités. Ainsi :

  • Plus de six jeunes sur dix déclarent ne jamais éteindre leur téléphone portable lorsqu’ils dorment (61,5 %) et 68,1 % ne jamais l’éteindre lorsqu’ils sont en cours.
  • Trois jeunes sur quatre (74,4 %) gardent toujours leur téléphone allumé lorsqu’ils font leurs devoirs ou révisent.

Réseaux sociaux : un usage excessif, surtout chez les filles

Concernant l’usage des réseaux sociaux, près de la moitié des jeunes de 17 ans pensent passer « bien trop de temps connectés sur les réseaux sociaux » (48,6 %). Par ailleurs, 12,9% déclarent devenir de mauvaise humeur lorsqu’ils ne peuvent pas passer de temps sur les réseaux sociaux. Les filles se sentent nettement plus concernées par ces usages excessifs : elles sont 58,7 % à déclarer passer trop de temps sur les réseaux sociaux, contre 38,4 % des garçons.