NKF 2019—Les IPP sont utilisés de façon inutile et risquée chez un quart des patients atteints d’une IRC


  • Richard Robinson
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un quart des patients atteints d’une insuffisance rénale chronique (IRC) reçoivent des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sans indication autorisée par l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA).

Pourquoi est-ce important

  • Les IPP augmentent le risque d’insuffisance rénale aiguë, de développement d’une IRC et de progression vers une maladie rénale terminale.
  • La réduction de l’utilisation inutile chez les patients atteints d’une IRC pourrait améliorer la santé et réduire les coûts.

Protocole de l’étude

  • Examen rétrospectif de dossiers dans un centre de consultations en ambulatoire en clinique néphrologique du département des Anciens combattants (Veterans Affairs).
  • Les patients inclus avaient un débit de filtration glomérulaire estimé 2.
  • Les patients ont été caractérisés comme ayant ou non une indication autorisée pour la prise d’IPP, d’après les recommandations de la FDA et du Collège américain de gastroentérologie (American College of Gastroenterology).

Principaux résultats

  • Sur 91 patients atteints d’une IRC, 22 avaient une indication pour la prise d’IPP, et parmi eux, 13 recevaient un IPP.
  • Sur les 69 patients sans indication, 24 (35 %, soit 26 % de la population totale) recevaient un IPP.
  • Il n’y avait pas de différence en termes de durée d’utilisation chez les patients avec ou sans indication (331 contre 319 jours, P = 0,80).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.