NKF 2019—Le patiromer permet aux patients atteints d’une IRC de rester sous spironolactone


  • Richard Robinson
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’une hypertension résistante au traitement et d’une insuffisance rénale chronique (IRC) avancée peuvent rester sous spironolactone avec un risque plus faible d’augmentation du taux de potassium.

Pourquoi est-ce important

  • L’hypertension résistante au traitement est fréquente dans le cadre de l’IRC, mais cette dernière est un facteur de risque d’hyperkaliémie sous traitement par spironolactone.
  • Le patiromer est indiqué pour le traitement de l’hyperkaliémie.

Protocole de l’étude

  • Essai randomisé, international et multicentrique comparant 12 semaines de traitement par l’association spironolactone + placebo à l’association spironolactone + patiromer (n = 295).
  • Les patients présentaient les caractéristiques suivantes :
    • hypertension incontrôlée malgré la prise d’au moins 3 médicaments antihypertenseurs ;
    • débit de filtration glomérulaire estimé de 25–45 ml/minute/1,73 m2 (IRC avancée).
  • Critère d’évaluation principal : Différence entre les groupes quant à la proportion de sujets qui restaient sous spironolactone à la semaine 12.
  • Financement : Relypsa.

Principaux résultats

  • À 12 semaines, 86 % des patients sous patiromer contre 66 % des patients sous placebo sont restés sous spironolactone (différence des moindres carrés entre les groupes : 20 % ; IC à 95 % : 10–29 % ; P 
  • Le patiromer était privilégié pour :
    • le délai jusqu’à l’arrêt du traitement par spironolactone (P = 0,0001) ;
    • le délai jusqu’à l’apparition d’un taux sérique de K+ ≥ 5,5 mEq/l (P ≤ 0,0001) ;
    • la dose cumulée de spironolactone (moyenne de la différence des moindres carrés entre les groupes : 385 mg ; IC à 95 % : 140–629 ; P = 0,0021).
  • Aucune différence en termes de contrôle de la PA entre les groupes.
  • Aucun événement indésirable grave attribué au traitement.