Naturelle ou chirurgicale, précoce ou tardive : quelle association entre la ménopause et les évènements coronariens ?

  • Dam V & al.
  • Int J Epidemiol
  • 22 févr. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon les données de l’étude cas-contrôle EPIC-CVD qui a rassemblé plus de 15.000 femmes de 35 à 70 ans, les maladies coronaires fatales ou non fatales seraient d’autant plus fréquentes lorsque la ménopause est précoce. Les femmes pour lesquelles la ménopause est d’origine chirurgicale présenteraient aussi un sur-risque substantiel, même après ajustement sur les facteurs de risque cardiovasculaires (FDRCV).

Ainsi, chaque année en moins lors de la survenue de la ménopause serait associée à un risque de maladie coronaire accru de 2% dans le modèle d’ajustement le plus complet portant sur l’âge, les facteurs de risque cardiovasculaire et les facteurs hormonaux.

L’IMC est également apparu comme un facteur déterminant pour cette association : le risque de maladie coronaire était de 2 et 4% pour chaque année de moins à la ménopause chez les femmes présentant respectivement un IMC de 25-30 ou de 30 kg/m² ou plus. À l’inverse celles ayant un IMC normal ne présentaient aucun sur-risque de maladie coronaire lié à l’âge.

Pourquoi cette étude est-elle importante ?

  • Une méta-analyse récente a suggéré que les femmes dont la ménopause était précoce présenteraient un sur-risque de maladie coronaire de 50% par rapport aux autres, mais elle n’a pas permis d’évaluer si cette association est linéaire avec l’âge ou s’il existe des différences selon la nature de la ménopause (naturelle ou chirurgicale).
  • Cette étude permet de préciser ces différents points. La persistance d’un risque résiduel entre maladie coronaire et caractéristiques de la ménopause une fois les données ajustées sur les facteurs cardiovasculaires demanderait à être mieux étudiée.

Méthodologie

  • Les données de cette étude sont tirées de la plus large cohorte européenne EPIC qui avait inclus 519.978 adultes entre 1992 et 2000, issus de 23 centres dans 10 pays européens, dont la France. Au total, l’analyse a été menée à partir des données de 15.402 femmes et de 4.753 cas de maladies coronaires.
  • Trois ajustements ont été évalués : 1) ajustement sur l’âge ; 2) ajustement intermédiaire comportant l’âge et les facteurs de confusion potentiels (tabagisme, IMC, HbA1c, niveau d’éducation, activité physique, âge des premières règles, nombre de grossesse à terme, traitement par hormonothérapie) ; 3) ajustement complet intégrant les facteurs précédents et les FDRCV (cholestérol total, HDL-c, TG, HTA, CRP).

Principaux résultats

  • La cohorte avait un âge moyen à la ménopause de 49,2 ans lorsqu’elle avait été naturelle et de 45,1 ans lorsqu’elle était d’origine chirurgicale.
  • Le risque de maladie coronaire était plus élevé chez les femmes post-ménopausées que chez celles qui ne l’étaient pas (HR ajusté en fonction de l’âge : 1,23 [1,08–1,40], p=0,002), et était atténué lors de l’ajustement le plus complet (HR 1,08 [0,93-1,26], p=0,29).
  • Une association relativement linéaire liait le risque de maladie coronaire et l’âge des femmes à la ménopause, celles l’ayant été avant 40 ans ayant un risque accru de 51% (HRa : 1,51 [1,15-1,98], p=0,03) par rapport à celles l’ayant été au-delà de 54 ans. Pour chaque diminution d’un an de l’âge à la ménopause, le risque de coronaropathie était de 2% plus élevé (HR du modèle complet d’ajustement : 1,02 [1,01–1,03], p
  • Les femmes dont la ménopause était d’origine chirurgicale présentaient un risque plus élevé de maladie coronaire que les femmes ménopausées naturellement en cas d’ajustement sur les seuls facteurs de confusion potentiels (HR : 1,25 [1,10–1,42], p
  • L’IMC jouait un rôle dans l’association entre âge et ménopause : le risque d’évènement coronarien était élevé de 2 à 4% pour les femmes présentant un IMC de 25-30 kg/m² ou de 30 kg/m² ou plus (HR ajusté selon le modèle complet : 1,02 [1,01–1,04]et 1,04 [1,02–1,06] respectivement, p significatif).

Financement

L’étude a reçu des financements publics notamment européens.