Narcolepsie : bientôt un nouveau traitement ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La narcolepsie se caractérise par une somnolence excessive en journée et une difficulté à rester éveillé, ce qui entraîne de lourdes conséquences sur la qualité de vie des malades. Elle est liée à la perte des neurones synthétisant la protéine hypocrétine.

Les traitements actuels de la narcolepsie sont peu nombreux, inconstamment efficaces et parfois associés à des effets secondaires. Ils stimulent la vigilance en agissant principalement sur les transporteurs de la dopamine et n’ont donc un effet que sur les symptômes, sans traiter leur cause, car nous ne savons pas encore produire de l’hypocrétine de synthèse.

Un nouveau médicament, le solriamfetol, est en cours d’évaluation : il inhibe non seulement les transporteurs de la dopamine, mais également ceux de la noradrénaline, un autre neurotransmetteur également impliqué dans la régulation de l’éveil. Il vient de montrer des résultats prometteurs dans une étude clinique de phase 3 menée en double-aveugle, chez 240 patients narcoleptiques suivis pendant 12 semaines, traités soit par différentes doses de solriamfetol, soit par un placebo.

L’évolution de la somnolence sous traitement a été évaluée par les patients, mais également par des tests de mise en situation, durant lesquels les patients devaient lutter contre la somnolence dans une ambiance propice à cette dernière.

D’après les résultats de cet essai clinique, le solriamfetol semble avoir une action plus efficace et plus durable que les traitements actuellement disponibles, avec moins d’effets secondaires. En effet, les patients recevant une dose quotidienne de 150 ou 300 mg de solriamfetol parvenaient à lutter contre la somnolence pendant environ 20 minutes contre 10 sans traitement, soit 2 fois plus longtemps. Les médicaments prescrits actuellement n’améliorent cette vigilance que de 2 à 3 minutes. Cette efficacité a perduré durant les 12 semaines de traitement, sans nécessiter d’augmenter la dose et avec peu d’effets secondaires.

Le solriamfetol semble être prometteur pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de narcolepsie, mais également celle de patients atteints d’autres pathologies associées à une somnolence, comme le syndrome d’apnées du sommeil. Afin d’évaluer son efficacité et sa tolérance à plus long terme, un nouvel essai clinique d’une durée d’1 an a été lancé avec le solriamfetol.