NAFDL et remodelage osseux : une association ?

  • Mantovani A & al.
  • Diabetes Metab
  • 10 oct. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats de cette étude suggèrent :

  • Qu'il n'y aurait aucune différence significative entre les femmes ayant une NAFDL avec ou sans fibrose et celles sans stéatose hépatique, en ce qui concerne la DMO ou la prévalence de l’ostéoporose.
  • Que les femmes ménopausées, diabétiques de type 2, ayant une NAFLD avec fibrose hépatique significative auraient des taux de sclérostine supérieurs, et de taux de DKK-1, RANKL, CTx inférieurs aux femmes NAFLD sans fibrose hépatique ou sans stéatose. Ces différences de taux des biomarqueurs du turn over osseux n’étaient que légèrement atténuées après ajustement sur l’âge, le taux de 25(OH)D, le tour de taille et l’HbA1c des patientes.
  • Qu'il n'y aurait aucune différence significative de résultats en fonction de la sévérité de la stéatose hépatique (mesurée à l’échographie).

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Dans les pays à hauts revenus, la stéato-hépatite non alcoolique (NAFDL, non alcoholic fatty liver disease) est devenue la principale cause de maladie hépatique chronique, affectant jusqu’à 25-30% de la population adulte en Europe et aux États-Unis et environ 60-70% des diabétiques de type 21-3. Des éléments de preuve montrent que la NAFDL est une maladie multi-systèmes avec des impacts cardiovasculaires, rénaux, colorectaux. En revanche, il existe peu de données sur l’association potentielle entre la NAFDL et la densité osseuse ou les marqueurs sanguins du turn over osseux chez la femme post-ménopausée diabétique de type 2. D’où l’intérêt de cette étude.

Méthodologie

Durant 3 mois, des femmes d’origine caucasienne, diabétiques de type 2 et post-ménopausées ont été recrutées de manière consécutive par le service d’endocrinologie qui les suit. Une échographie hépatique et un FibroScan® permettant de diagnostiquer et de classer l’atteinte hépatique ont été réalisés. Une densitométrie (DEXA) a permis d'évaluer la densité minérale osseuse (DMO), les taux sériques de 25-OHD, d’hormone parathyroïdienne, et de différents biomarqueurs du turn over osseux (périostine, sclérostine (SOST), Dickkopf-1 (DKK-1), télopeptide C-terminal du collagène de type I (CTx), propeptide N-terminal du procollagène de type 1 (P1NP), RANKL) ont été mesurés.  

Principaux résultats

Sur les 77 femmes post-ménopausées diabétiques de type 2 recrutées, 62 ont reçu un diagnostic de NAFLD, et 15 n’avaient pas de stéatose hépatique. Parmi celles qui avaient une NAFLD ; 36 souffraient de stéatose modérée et 26 d’une stéatose modérée à sévère. Dix patientes avaient une NAFLD avec une fibrose hépatique cliniquement significative (élasticité hépatique > 7kPa), et 52 une NAFLD sans fibrose significative. Les femmes atteintes de NAFLD (en dehors de la présence d’une fibrose significative) étaient globalement plus jeunes, présentaient plus souvent une obésité centrale, une insulino-résistance et étaient ménopausées depuis plus longtemps que les femmes sans NAFLD. Les femmes ayant une NAFLD avec fibrose significative, avaient des taux d’HbA1c et d’enzymes hépatiques (bien que dans la zone de référence) supérieurs par rapport aux deux autres groupes. Les patientes traitées pour NAFDL et ayant une fibrose significative étaient plus fréquemment sous supplémentation en vitamine D et avaient des taux sériques de 25(OH)D statistiquement plus faibles que les sujets des deux autres groupes (même après ajustement sur l’âge, le tour de taille, mais pas après ajustement sur le score HOMA-IR).

Les trois groupes avaient des valeurs de DMO similaires. Après ajustement sur l’âge, la circonférence à la taille, le score HOMA-IR, les taux de 25(OH)D, les patientes ayant une NAFLD avec fibrose significative, avaient des taux de sclérotine significativement supérieurs et des taux de DKK-1, de RANKL et de CTx significativement inférieurs à celles qui avaient une NAFLD sans fibrose et celles sans stéatose.

En revanche, les taux de périostine, de P1NP, de PTH, ainsi que le débit de filtration glomérulaire (formule MDRD), le taux de CRPus et d’électrolytes n’étaient pas significativement différents entre les différents groupes. Ainsi, chez les femmes diabétiques de type 2, post-ménopausées, la présence d’une NAFLD et d’une fibrose cliniquement significative était fortement associée à une diminution du turn over osseux, ce qui suggèrent la présence d’anomalies osseuses qualitatives.